Une série très limitée de 1000 chevaux !

Depuis la sortie de la première génération de Dodge Viper, Hennessey en transforme plusieurs modèles, toujours dans l'idée de leur apporter davantage de puissance et un look un peu plus ravageur. L'apogée de ces préparations a été la Dodge Hennessey Venom 1000, aussi connue sous le nom de Hennessey Viper Venom 1000TT, les deux dernières lettres étant l'acronyme de Twin Turbo (biturbo). Cette adaptation de la Viper est celle de tous les superlatifs et représente l'apogée de l'interprétation de la GT par le préparateur.

Le V10 de 8.55 litres développe 1015 chevaux et un couple à arracher le bitume s'élevant à 1491 Nm. Il s'agit en réalité du bloc de la Viper de 2003, initialement de 8.3 litres, gonflé pour l'occasion, auquel ont été ajoutés deux turbos, le tout assorti d'une boîte de vitesses manuelle à six rapports. L'impressionnant moulin lui permet d'abattre le 0 à 100 km/h en à peine plus de trois secondes et d'atteindre 346 km/h (215 mph) en vitesse de pointe. Le 0 à 300 km/h est abattu quant à lui en 25,3 secondes avec des pneus normaux.

Galerie: Dodge Hennessey Venom 1000 Twin Turbo

Sur le plan esthétique et aérodynamique, le kit VenomAero est plutôt imposant avec une calandre modifiée, un diffuseur et un aileron à l'arrière, et la Venom 1000TT reçoit aussi une suspension abaissée, des freins renforcés, un système de contrôle de traction, des jantes en aluminium de 19 pouces à l'avant et 20 pouces à l'arrière et un différentiel Quaife. À l'intérieur, on trouve une finition cuir noire limitée, des harnais, des tapis de sol sur-mesure et un système de navigation avec lecture DVD. Et pour couronner le tout, seuls 24 exemplaires en ont été conçus.

Dès lors, on pourrait s'attendre à ce que la cote de ce véhicule vendu initialement 225'000 dollars (soit 207'000 euros) s'envole sur le marché de l'occasion et de la collection, mais il n'en est rien. La raison à cela ? Difficile à dire, si ce n'est que la voiture n'était déjà pas adaptée à un environnement moderne en 2005, puisqu'elle était trop polluante pour être homologuée dans tous les États, et avait été recalée en Californie.

Il est probable que des ajustements doivent lui être faits pour qu'elle puisse passer les contrôles pollution dans le monde entier, ce qui la ferait certainement repasser sous la barre des 1000 chevaux. De fait, la décote est assez brutale, compte tenu de la valeur du véhicule et de sa rareté, puisque l'une des 24 unités a été adjugée pour 87'000 dollars, soit 80'000 euros. Il s'agit pourtant d'un des six exemplaires cabriolet et d'un modèle ayant 7700 miles (12'400 km) au compteur, ayant appartenu à l'ancien joueur de NFL, Mario Williams. Mais malgré ses nombreuses qualités, cette Viper d'exception ne se vend qu'à un prix légèrement supérieur au tiers de sa valeur neuve.