Deux semaines après été contrainte par la justice de fermer ses portes, l'usine Renault située à Sandouville va rouvrir.

Après une réouverture le 28 avril dernier, l'usine Renault de Sandouville s'était retrouvée une nouvelle fois à l'arrêt le jeudi 7 mai dernier. En effet, la CGT avait saisi le tribunal judiciaire du Havre parce que l'établissement n'avait pas déployé les mesures nécessaires de protections face à la crise sanitaire.

Le tribunal judiciaire du Havre avait alors condamné en référé Renault "à suspendre la reprise de la production" car celle-ci ne "permet pas d'assurer (...) la sécurité des travailleurs de l'usine face au risque lié au Covid-19". Les activités de l'usine ont donc été arrêté le jeudi 7 mai dernier, dans l'après-midi. La production est suspendue "le temps de la mise en place effective" de mesures comme "organiser et dispenser, pour chacun des salariés, avant qu'ils ne reprennent le travail, une formation pratique et appropriée".

Bonne nouvelle aujourd'hui, puisque nous apprenons que l'usine va rouvrir ses portes en fin de semaine suite aux annonces de FO et de CFE-CGC à l'AFP. La direction aurait alors informé de la réouverture de l'usine ce matin, lors d'un CSE qui s'est tenu à Sandouville. Les 1848 employés en CDI de l'usine pourront reprendre peu à peu le chemin du travail.

"Ça reprend dès la nuit de jeudi à vendredi. C'est huit jours travaillés de perdus juste pour du formalisme", a précisé Gilles Henri délégué CFF-CGC à Renault Sandouville. Pour Fabien Gloaguen, délégué FO et deuxième syndicat du site, l'annonce de la réouverture est vue comme un soulagement : "Le protocole sanitaire n'a pas bougé d'un iota", a-t-il affirmé.

"On a juste ajouté une ligne sur l'analyse des risques psychosociaux sur le document du protocole sanitaire", a indiqué Gilles Henri. En plus des salariés, 700 intérimaires vont pouvoir également reprendre le chemin du travail et permettre de "sortir 700 familles de la précarité", indique Fabien Gloaguen. 

Une bonne nouvelle donc pour Renault, qui traverse actuellement une période de trouble, notamment après les révélations du Canard Enchaîné comme quoi la firme au Losange compterait fermer quatre usines françaises en vue de son plan économique annoncé à la fin du mois. Un plan économique censé faire économiser à Renault environ deux milliards d'euros sur trois ans. L'usine de Sandouville ne serait pas menacée par une fermeture néanmoins.