McLaren s'attend à deux prochaines années plus compliquées que prévues, avec de nombreuses incertitudes.

Du côté de chez McLaren, récemment, on était plutôt habitué au succès. En 2018, la firme de Woking avait écoulé 4806 véhicules à travers le monde, soit le record absolu pour la marque. 2019 fut aussi une bonne année pour McLaren malgré des ventes en très légères baisses par rapport à 2018 et 4765 livraisons.

La marque anglaise espérait bien redresser la barre en 2020 avec de nouveaux modèles susceptibles d'intéresser un plus grand nombre de clients. Malheureusement, pour McLaren comme pour de nombreux autres constructeurs, la crise sanitaire est passée par là avec toutes les conséquences que cela implique, dont l'arrêt de la production du côté de Woking depuis le 24 mars dernier.

Dans un entretien accordé à Automotive News Europe, Mike Flewitt, le patron de McLaren Automotive, confirme que "le Coronavirus va probablement nous coûter deux ans. En 2020, nous devrions produire très peu, et je pense qu'il nous faudra toute l'année 2021 pour retrouver le niveau où nous sommes."

McLaren dispose d'un plan produit ambitieux d'ici 2025. Le plan "Track25", lancé en 2018, consiste à présenter sur les cinq prochaines années pas moins de 18 nouveaux modèles et une électrification sur l'ensemble de la gamme. Il est encore un peu trop tôt pour savoir si cet objectif sera réévalué par la marque compte tenu de la conjoncture actuelle, tout dépendra aussi de la demande des clients.

Une demande qui devrait diminuer d'après Mike Flewitt. Selon le patron de la marque, elle devrait être inférieure en quantité par rapport à ce qu'elle était avant la pandémie. McLaren, qui doit également composer avec un autre point de réflexion : les envies des clients. Auront-elles changé ? Auront-ils toujours envie de dépenser des centaines de milliers d'euros pour une voiture dans un tel contexte ? Un casse-tête en perspective pour McLaren et pour beaucoup d'autres marques prestigieuses.

Galerie: McLaren 765LT (2020)