Opel aurait-il construit la meilleure Smart ?

Il y a 25 ans, les moteurs à trois cylindres étaient encore assez rares. Cela a commencé à changer lorsque Opel a présenté la Maxx au Salon de l'automobile de Genève - un concept novateur pour une future voiture urbaine propulsée par un moteur à trois cylindres.

Aujourd'hui, lorsqu'on regarde la Maxx, on pense instantanément à la Smart qui a pourtant été lancée peu après. La Maxx n'a jamais vu la lumière du jour, c'est dommage, mais son moteur à trois cylindres a bien été lancé et produit pour équiper des véhicules de série. 

Opel Maxx (1995)

La Maxx est un concept urbain. La carrosserie était constituée de profilés d'aluminium. Les différentes sections ont été soudées ensemble pour former une cellule, partiellement exposée, et intégrée aux structures extérieures et intérieures.

Cette cellule n'a pas seulement assuré une sécurité optimale, mais a également servi de base à la conception modulaire qui a été la clé du concept Maxx. La même plateforme pouvait être utilisée pour créer un cabriolet, un pick-up, un tout-terrain ou une camionnette. Bien que les dimensions soient fixes, les clients pouvaient changer la carrosserie et l'intérieur du véhicule.

Opel Maxx (1995)

Avec une longueur de seulement 2,97 mètres, une largeur et  une hauteur de 1,58 mètre, la Maxx à deux portes offrait beaucoup d'espace. Si le client voulait emporter divers bagages, il pouvait opter pour deux sièges plus un espace de chargement qui était à l'époque à peu près aussi grand que celui d'un break Astra. Une banquette arrière intégrée à la structure en aluminium permettait d'accueillir quatre personnes.

La sécurité est aussi importante que la flexibilité. En plus de sa solide structure en aluminium, la Maxx était déjà équipée d'un airbag conducteur et d'un ABS. La suspension avant était dérivée des modèles Opel Vectra et Opel Omega qui étaient pourtant plus haut de gamme.

Opel Maxx (1995)

Les ingénieurs d'Opel ont placé le réservoir de carburant entre les roues arrière pour une sécurité optimale, tandis que la structure en aluminium enfermait l'extrémité arrière et formait une structure déformable à l'avant. La Maxx ne pesait que 650 kilos.

Le moteur à trois cylindres de l'Opel Maxx a été le premier moteur à trois cylindres développé par un constructeur automobile européen. Avec une cylindrée de 973 cm3, deux arbres à cames en tête et quatre soupapes par cylindre, ce moteur de haute technologie a parcouru ses premiers kilomètres dans deux prototypes du concept Maxx. 

Opel Maxx (1995)

Avec une cylindrée d'environ 330 cm3 par cylindre, le nouveau membre de la famille de moteurs Ecotec avait un rapport de course d'alésage optimal, qui garantissait un couple maximal élevé de 90 Nm à seulement 2500 tr/min et une puissance de 50 ch à 5000 tr/min.

Grâce à ces valeurs, le moteur 1,0 litre a même surpassé certains de ses contemporains à quatre cylindres et - en combinaison avec le faible poids - a donné à la Maxx un tempérament vif : accélération de 0 à 100 km/h en 12,1 secondes et vitesse de pointe de 151 km/h.

Mais plus impressionnant encore, il consommait peu de carburant : avec son taux de compression de 10,1:1, le moteur trois cylindres de la Maxx ne consommait que 3,9 litres d'essence aux 100 kilomètres à une vitesse constante de 90 km/h, selon le cycle de test "Euromix", en vigueur à l'époque.

Galerie: Opel Maxx (1995)