L'avocat de la famille estime que la voiture présentait une défaillance mécanique à laquelle Renault devra répondre.

Lundi 20 juillet, sur l'autoroute A7, un accident mortel a provoqué la mort de cinq enfants âgés de 3 à 14 ans. Quatre autres personnes sont hospitalisées, leur état est jugé grave. Cet accident s'est déroulé sur la commune d'Albon, dans la Drôme. 

D'après les investigations, l'accident serait la conséquence d'une défaillance du turbo. Selon les enquêteurs, le turbo du Renault Scénic de 2005 dans lequel voyageaient les membres de cette famille aurait cassé. Cela aurait entraîné l'emballement du moteur, avant que n'apparaisse une épaisse fumée blanche. Cette défaillance a aussi entraîné l'embrasement du véhicule comme le montre la vidéo publiée par Vinci Autoroute.

Problème, les assistances au freinage ne fonctionnaient plus, et il était devenu impossible au conducteur de s'arrêter normalement afin d'évacuer tous les passagers du véhicule en flamme. Pour tenter d'arrêter son monospace, le conducteur s'est approché de la glissière de sécurité avant de l'heurter violemment. Malheureusement, le véhicule a fait une sortie de route et a terminé sa course dans un champ après plusieurs tonneaux. 

Selon l'avocat de la famille, Me Nicolas Cellupica, cet accident n'est à aucun moment dû à une erreur humaine. Il s'agit d'un problème technique, auquel le constructeur du véhicule (Renault) devra répondre.  

 "On doit mettre toutes les cartes sur la table et voir d'où vient précisément le problème et qui doit être tenu pour responsable pour ce drame. […] J'en conclus que Renault va devoir répondre de ses actes et de ses responsabilités dans cet accident" a déclaré Me Nicolas Cellupica sur France Info. Dans les micros d'Europe 1, il ajoute : "La responsabilité est sous le véhicule, elle est au niveau de ce turbo et de cette pièce défaillante de chez Renault".

L'escadron départemental de la sécurité routière (EDSR) Isère a indiqué que le Scénic aurait dû passer au contrôle technique en mai dernier. Toutefois, à cause du confinement, le gouvernement a accordé un délai supplémentaire aux véhicules devant passer leur contrôle technique durant cette période. De son côté, l'avocat de la famille précise que là n'est pas le sujet car le turbo n'est pas  inspecté lors de ce contrôle. Même s'il était défaillant au moment du passage au contrôle technique, le contrôleur ne l'aurait simplement pas vu.  

Source: Le Point