Toutes les idées concernant les mesures de restriction de la circulation automobile ne font néanmoins pas l'unanimité.

Si vous habitez au sein d'une grande ville, ou bien même à proximité, vous avez sans doute remarqué depuis quelque temps que les habitudes des automobilistes ont été chamboulées. Cela se caractérise essentiellement par des restrictions circulation au sein de certaines zones ou encore la réduction de nombreuses voies de circulation pour laisser place à d'autres usagers de la route.

De quoi créer bien évidemment de nombreux embouteillages par endroits pour ceux utilisant leur véhicule. Il en va de même pour les cyclistes, où certains nouveaux axes, notamment à Paris, rue de Rivoli, se retrouvent très encombrés à certains moments de la journée. Quoi qu'il en soit, depuis les dernières élections municipales et la vague verte au sein de plusieurs grandes villes, de nombreuses mesures anti-voiture ont ou vont voir le jour.

Comme le rapporte une enquête commandée par le comparateur de mandataires Caroom à l'institut de sondage Ifop, les citadins sont loin d'être défavorables à une réduction de la place de l'automobile au sein de leur commune. Près de deux tiers des habitants des 40 villes françaises de plus de 100'000 habitants y sont favorables d'après l'enquête, avec une proportion qui grimpe à plus des trois quarts pour la tranche d'âge allant de 18 à 34 ans.

Visiblement, les travaux entrepris par certaines grandes villes, à commencer par Paris notamment, dissuadent les habitants d'utiliser une voiture. 72 % des citadins ont d'ailleurs l'impression que les pouvoirs publics font tout pour les empêcher d'utiliser leur voiture en ville. Ces mêmes citadins qui sont globalement insatisfaits des conditions de circulation pour 63 % d'entre eux et du stationnement pour 69 %.

La création des zones piétonnes est grandement soutenue par les habitants (77 %) tandis que l'abaissement à 30 km/h de la vitesse maximale serait également apprécié pour 65 % d'entre eux. En revanche, certaines mesures font un peu moins l'unanimité, comme par exemple la chasse au diesel qui, paradoxalement, n'est soutenue que par 45 % des habitants des grandes villes. 

Il en va de même pour le stationnement, où seulement 26 % des citadins sont favorables à une baisse du nombre de places. Des citadins pour la plupart largement satisfaits du réseau de transport dans leur ville (72 %), mais les villes ne symbolisent pas toute la France puisque cette part tombe à 55 % pour l'ensemble des Français. Si les habitants des grandes villes sont favorables aux mesures anti-voiture à 62 %, la part globale en France chute en dessous de la moyenne, à 49 %.