On passe en revue les deux voitures low-cost de Dacia !

C'est désormais officiel : la Dacia Spring électrique sera lancée sur le marché français pour les particuliers à l'automne 2021 à partir de 16'990 euros. Après déduction du "bonus écologique"*, le prix de la version d'entrée de gamme descend à 12'403 euros. Ce qui fait de la Spring la voiture 100 % électrique la moins chère du marché.

L'arrivée de la Spring pose une question qui est la suivante : la nouvelle Dacia Sandero n'est-elle pas plus intéressante, à moins d'être un fervent amateur de voitures électriques ? Nous avons donc décidé de les comparer sur le papier, ce qu'elles proposent niveau motorisation, autonomie, mais aussi au niveau de l'équipement

D'abord la Spring : 3,73 mètres de long, 33 kW (44 ch) de puissance, 125 Nm de couple, 305 kilomètres d'autonomie en mode urbain, 230 kilomètres en mode normal. Les performances sont honnêtes, avec une vitesse maximale de 125 km/h et 19,1 secondes.

Galerie: Dacia Spring Electric (2021)

La Sandero, qui mesure 4,04 mètres de long, peut facilement faire mieux, même avec son moteur de base, un trois cylindres à essence atmosphérique de 67 ch. Les 95 Nm ne sont pas non plus très vigoureux, pas plus que ses 16,7 secondes de 0 à 100 km/h. Cependant, la vitesse de pointe de 158 km/h rend la conduite sur autoroute plus détendue.

Évidemment, l'autonomie est bien plus importante en thermique : en se basant sur la consommation combinée WLTP de 5,0 litres, le réservoir de 50 litres vous permettra de parcourir 1000 kilomètres. Et même si elle devait être de 7 ou 8 litres, la Sandero d'entrée de gamme affiche toujours une autonomie nettement supérieure à la Spring.

La Sandero étant plus longue que la Spring, elle offre plus de volume de coffre : de 328 à 1108 litres contre 270 à 620 litres pour la Spring.

Dacia Spring Electric (2021)
Dacia Spring Electric (2021)
Dacia Sandero (2021) im Test
Dacia Sandero (2021)

La Spring de base, à 12'403 € euros après prime, comprend les éléments suivants : la climatisation manuelle, une radio Bluetooth et un câble de recharge Mode 2, mais pas de volant ni de sièges réglables. La Sandero en dispose dans la finition supérieure "Confort" que nous avons choisie (qui, curieusement, est aussi le nom du Spring de base), même avec un réglage en profondeur du volant.

Pour 11'390 € avec le moteur de 67 ch, beaucoup de choses sont déjà incluses : les feux de croisement à LED avec contrôle automatique de l'éclairage (toutes les Sandero en sont équipées !, ainsi que le volant réglable en hauteur et les vitres avant électriques), la climatisation manuelle, un système multimédia avec écran tactile de 8 pouces, le volant gainé de cuir et un détecteur de pluie. Sans parler de l'intérieur beaucoup plus moderne que celui de la Spring.

Le blanc est la couleur de base sur les deux voitures. À ce stade là de la configuration, l'écart de prix entre la Sandero "haut de gamme" et la Spring de base est de 1013 €. On peut donc au moins ajouter la peinture métallisée à notre Sandero à 500 euros pour réduire l'écart de moitié !

Ou alors sinon pour réduire cet écart entre la Spring et la Sandero, on peut parcourir les packs et les options de cette dernière : Pack City avec aide au stationnement avant et arrière, caméra de recul et avertisseur d'angle mort pour 400 €, climatisation automatique (240 euros), Pack Confort avec carte main libre, frein de parking électrique et siège conducteur réglable en hauteur (400 euros)...

Alors, qu'ajouterions-nous ? Les deux packs, City et Confort équipent avantageusement la Sandero Confort. Allez, ultimes coquetteries, on ajoute la roue de secours à 180 € et la climatisation automatique à 240 €. Résultat : notre Sandero très bien équipée s'affiche à 12'610 €. Soit 207 € de plus que la Spring de base

*bonus de 4587 € limité à 27 % du prix

Galerie: Dacia Sandero (2020)