La voiture est souvent pointée du doigt. Trop bruyante et trop polluante, il faut la bannir et/ou proposer des alternatives comme les transports publics ou les moyens de mobilité douce comme le vélo ou la trottinette. Pourtant, la voiture reste le moyen de transport préféré des Français d'après une enquête réalisée par Ipsos pour le compte de Vinci. 

Selon cette enquête réalisée auprès d'un échantillon de 4000 personnes entre le 25 et le 31 mai 2021, 67% des sondés empruntent leur voiture tous les jours. La crise de coronavirus n'aura quasiment rien changé, car 65% des personnes affirment continuer à utiliser leur voiture pendant et après la crise sanitaire. 

La voiture a encore une part très importante, loin devant le train, le métro ou le RER (14%) et les transports en commun sur route (bus et car) avec seulement 10%. Quant au vélo et à la trottinette, ils ne sont que 7% à les utiliser quotidiennement.

Lors des départs en vacances, ces mêmes sondés répondent qu'ils privilégieront la voiture. Ils sont 69% à répondre qu'ils partiront en vacances ou en week-end en voiture, le train et l'avion arrivent loin derrière avec respectivement 10% et 9%.

Si la voiture particulière a encore de beaux jours devant elle, l'étude montre qu'un actif sur deux souhaite utiliser un moyen de transport plus respectueux de l'environnement dans les 5 ans à venir en passant notamment par l'acquisition d'un véhicule électrique/hybride. Point important, ils sont 75% à déclarer qu'ils n'ont jamais encore conduit de voiture électrique ! Peut-être que les constructeurs ont intérêt à inviter le plus grand nombre d'automobilistes à essayer leurs modèles électriques en espérant convaincre le maximum de personnes ?

Renault ZOE
Renault ZOE
Tesla Model 3
Tesla Model 3

Si les véhicules électriques sont plébiscités, c'est parce qu'ils n'émettent pas de gaz à effet de serre (36%) et qu'ils présentent un faible coût de fonctionnement (34%). Mais si les automobilistes ne sautent pas le pas, c'est parce que ces voitures à piles représentent des coûts trop importants (43%) et que leur autonomie est trop limitée (17%).

Il en ressort qu'un bonus à l'achat plus important et la multiplication des bornes de rechargement pourrait donner un coup de pouce aux véhicules électriques. Ces bornes devront recharger les véhicules rapidement, à des tarifs avantageux et être davantage présentes sur les aires d'autoroutes.

Retrouvez les détails de cette étude ci-dessous.