Avec la première livraison d'une Alpine A110 de la gendarmerie mise en scène avec le pilote de F1 Esteban Ocon, nous ne devrions plus tarder à croiser sur les routes les nouveaux véhicules d'intervention des forces de l'ordre. Au total, ce sont 26 exemplaires de la berlinette française qui sont passées dans les mains du spécialiste Durisotti pour se conformer aux exigences de leur nouvelle mission. 

L'occasion pour Alpine de rappeler que cet idylle entre l'armée et la firme dieppoise ne date pas d'hier ! En effet, dès les années 1960, notamment avec le développement des autoroutes, la gendarmerie a eu besoin de remplacer, ou du moins de seconder, les estafettes et Renault 4 bleues par un véhicules aux prétentions véritablement sportives. En l'occurrence, il fallait un véhicule capable de dépasser les 200 km/h. 

Alpine de la gendarmerie

Pas pour les courses-poursuites

Richard Filmotte, Chef d’escadron et Directeur du Musée de la gendarmerie, raconte : "La gendarmerie ayant la charge des autoroutes sous concession, les premières brigades rapides d’intervention sont apparues à mesure que le réseau autoroutier s’est développé. Un peloton d’autoroute a même été créé avec des véhicules rapides qui donnaient une image plus technologique et moderne à notre institution. Ça a été le cas de l’Alpine A110 berlinette que nous avons utilisée à partir de 1967."

Et voici à qquoi ressemblait le premier escadron des brigades rapides d’intervention sur autoroute, avec des A110 de première génération : 

Alpine de la gendarmerie

Pour autant, la mission de ces A110 de l'époque, comme celles d'aujourd'hui, n'est pas tant de se lancer dans des courses-poursuites que de dissuader de rouler vite. "Un véhicule rapide d’intervention n’a pas vocation à remplir l'ensemble du spectre des missions de la gendarmerie. Son premier rôle est de se porter rapidement sur l’endroit d’un incident et protéger les autres usagers. Pour intercepter un automobiliste en excès de vitesse, nous avons en effet bien d’autres moyens que la poursuite. Il est important de disposer d’un véhicule assez puissant qui puisse atteindre rapidement une vitesse élevée." précise Richard Filmotte.

Les autres Alpine de la gendarmerie

Entre l'Alpine A110 de la gendarmerie de 1967 et celle d'aujourd'hui qui arrivera progressivement sur les routes en 2022, il y a eu de nombreux autres véhicules : à commencer par d'autres Alpine dès 1973, avec l'A310 qui sera en service jusqu’en 1987. Puis des Alpine GTA seront aussi mises à la disposition de la Gendarmerie Nationale, mais ne seront jamais mises en service sur les autoroutes.

Suivront les Renault : la Renault 18 Turbo (1984 à 1987), la Renault 21 2 litres Turbo (1992 à 1995), la Renault Mégane IDE (2001 à 2006) et la Mégane R.S. (2011 à 2021). Autant de modèles qui sont d'ailleurs conservés au Musée de la gendarmerie à Melun (77).

Alpine de la gendarmerie

Le saviez-vous ?

Enfin pour en revenir à la nouvelle A110 de la gendarmerie, savez-vous pourquoi elle n'arbore pas le bleu historique des voitures de la gendarmerie ? "Cela fait quelques années, déjà, que la gendarmerie n’utilise plus des véhicules peints avec son bleu traditionnel" explique Richard Filmotte. "Pour des questions de coûts, nous recourons à la couleur la plus proche proposée par le constructeur." Une explication qui se tient... Sauf si on considère que les jantes de 18 pouces choisies sont une option à 1100 €...