L'achat d'une voiture neuve est plus difficile que jamais. En plus des problèmes de disponibilité générés par les contraintes de la chaîne d'approvisionnement et le manque de semi-conducteurs, les personnes à la recherche d'une nouvelle voiture subissent une augmentation considérable des prix.

Il ne s'agit pas seulement de savoir quelle voiture et combien de temps vous devez l'attendre ; il s'agit aussi de payer plus cher pour la même voiture que vous pouviez vous offrir il y a quelques années.

M1Numbers 48 EN 2

La situation est assez complexe, surtout en Europe et aux États-Unis. Une étude menée par JATO Dynamics indique que le prix de détail moyen (à l'exclusion de toute forme de rabais, de remise ou d'incitation publique) des véhicules de tourisme à essence disponibles aux États-Unis a grimpé de 14 % entre 2015 et 2022. Selon le cabinet de conseil, ce prix a bondi de 39 143 € en 2015 à 44 641 € cette année. Cela représente plus de 5000 € en seulement 7 ans.

foto-per-topic-motor1-numbers

Suivez toute l'actualité sur le Motor1 Numbers

Des disparités selon les pays

En Europe*, la croissance a été plus importante. L'achat d'une voiture à essence flambant neuve coûtait 35 500 € en 2015. Cette année, jusqu'en juin, le prix de détail moyen des voitures qui y sont disponibles était de 44 101 €. Il s'agit d'une augmentation massive qui reflète l'accent mis par les constructeurs automobiles sur les segments supérieurs.

Dans des pays comme la Norvège par exemple, la variation était énorme, avec des prix qui ont bondi de 42 199 € à 68 677 €. La réglementation qui vise clairement à éliminer les ventes de voitures à moteur à combustion interne explique cette augmentation de 63 %. Sur d'autres marchés comme le Royaume-Uni, la dévaluation de la livre sterling a accéléré la hausse des prix, passant de 32 247 € en 2015 à 46 230 € fin juin 2022.

M1Numbers 48 EN 3

En revanche, le marché chinois a connu une minuscule augmentation de 5 % au cours de ces années, principalement parce que l'offre s'est étendue vers le bas des segments. Les micro-voitures et les petits SUV ont contribué à l'augmentation contenue entre 2015 et 2022.

L'électrique n'est pas encore une alternative

Si les voitures à essence sont désormais moins abordables pour une grande partie de la population, leurs homologues électriques ne font pas mieux. À l'exception de la Norvège et, dans certains cas, de la Chine, le reste du monde ne peut toujours pas s'offrir la plupart des modèles électriques disponibles aujourd'hui. Et sans les aides offertes par certains gouvernements, la situation serait bien différente en ce qui concerne la croissance de la demande de ces voitures.

En général, un consommateur doit débourser jusqu'à 55 821 € pour s'offrir une voiture électrique neuve en Europe, 63 864 € aux États-Unis et 31 829 € en Chine. Si l'on exclut l'écart important qui existe entre cette dernière et l'Occident, la réalité pour les consommateurs est que les voitures électriques ne constituent pas encore une alternative sérieuse et abordable à la hausse des prix des voitures à essence.

M1Numbers 48 EN 4

Les marques qui vendent des voitures en Europe et aux États-Unis ont positionné les véhicules électriques comme des voitures haut de gamme, se concentrant sur les segments haut de gamme. La plupart de l'offre que l'on trouve sur ces marchés est composée de berlines et de SUV de luxe, bien que cela ait commencé à changer avec l'introduction de voitures moins chères, comme les petits SUV, les citadines et les berlines compactes.

Par conséquent, l'industrie et ses consommateurs sont confrontés à un défi de taille : interdire les voitures polluantes et promouvoir les voitures propres, tout en proposant une solution réelle et abordable pour les masses. La Chine s'y emploie, l'Occident devrait y prêter attention.

*Allemagne, Italie, France, Royaume-Uni, Espagne, Pays-Bas et Norvège.