Le groupe allemand ambitionne de repositionner totalement sa stratégie sur un plan portant jusqu'à 2025, et souhaite qu'un quart de sa production soit à terme constitué par les véhicules électriques.

Secoué par le scandale du Dieselgate (une importante fraude aux contrôles des émission sur ses véhicules) depuis le mois de septembre dernier, une affaire portant sur plusieurs millions de véhicules, Volkswagen avance aujourd'hui, de manière formelle, sa volonté de se positionner en tant que marque leader de la mobilité "propre".

Matthias Müller, le PDG du groupe allemand, a ainsi présenté la nouvelle stratégie de Volkswagen, baptisée "Together – Strategy 2025", avec trois grands axes principaux : une importante montée en puissance de l'électrique dans sa gamme, un investissement conséquent sur les services à la mobilité, et l'optimisation de la rentabilité.

Conscient de son retard en la matière, et soucieux de redorer son blason, le groupe VW annonce ainsi un investissement conséquent dans la technologie électrique, avec pour objectif de commercialiser 30 modèles 100% électriques d'ici 2025, soit une production de deux à trois millions de véhicules, ce qui constituera à terme un quart de ses ventes globales.

Volkswagen avait présenté en janvier dernier le concept Budd-e (photo) qui préfigure le futur minivan électrique du constructeur allemand à venir d'ici trois ans.

Pour accompagner ce virage électrique, Volkswagen veut développer son expertise dans le domaine de la technologie des batteries, une stratégie qui pourrait aboutir au lancement d'un site de production dédié en Europe.

Volkswagen annonce par ailleurs le lancement d'une voiture autonome à intelligence artificielle d'ici la fin de la décennie.

Wolfsburg mise gros également sur les services à la mobilité, avec la mise sur pied d'une véritable division propre. Volkswagen croit en effet à l'avenir de l'autopartage ou de la réservation de taxis, et a récemment effectué un investissement de 300 millions de dollars pour l'acquisition de la société israélienne Gett, un concurrent d'Uber.

Enfin, Mattias Müller annonce également un plan d'amélioration de la rentabilité du groupe Volkswagen, avec une marge opérationnelle visée de 7 à 8% d'ici 2025, contre 6% en 2015. Le constructeur allemand veut optimiser ses dépenses de Recherche et Développement, avec un ratio R&D/Chiffre d'affaire réduit de 6%. Un effort sera également consenti sur les frais généraux et administratifs, qui seront réduits de 12%.

"Globalement, en se fondant sur les chiffres pour l'année fiscale 2015, le Groupe Volkswagen prévoit une utilisation plus efficace des ressources pour générer une amélioration annuelle importante des bénéfices", annonce le communiqué. "Les mesures individuelles au niveau du Groupe, des marques et des Divisions seront définies de façon plus détaillée dans les prochains mois".

Enfin, Volkswagen réfléchit à une "optimisation du portefeuille existant de marques". Avec des cessions en vue ? Réponse dans quelques mois.