Le Canada plante un nouveau clou dans le cercueil du moteur à combustion en annonçant un mandat zéro émission. La version finale de la norme de disponibilité des véhicules électriques a été publiée cette semaine et comprend une interdiction de vente des nouvelles voitures produisant des émissions à partir de 2035.

Avant cela, les constructeurs automobiles actifs au Canada devront se conformer à d'autres réglementations. À partir de l'année modèle 2026, au moins 20 % des voitures vendues par une entreprise au cours d'une année devront être des ZEV (véhicules à zéro émission). D'ici à 2030, l'objectif passera à 60 %, le but ultime étant de ne vendre que des ZEV d'ici le milieu de la prochaine décennie.

Canada ZEV mandate

Il est important de noter que la norme de disponibilité des véhicules électriques n'interdira techniquement pas les moteurs à combustion à partir de 2035. Outre les VE à batterie et les VE à hydrogène, les véhicules zéro émission peuvent également être des hybrides rechargeables fonctionnant uniquement à l'électricité. Toutefois, ces véhicules hybrides rechargeables doivent fonctionner en mode électrique "sur une distance minimale spécifiée avant de passer au fonctionnement en tant que véhicules hybrides, utilisant à la fois des carburants liquides et de l'électricité".

Les véhicules légers génèrent approximativement la moitié des émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports au Canada. Le secteur des transports lui-même est responsable d'environ un quart des émissions globales de gaz à effet de serre du pays. Avec l'objectif fixé pour 2035, les autorités prévoient que les véhicules légers polluants seront tous retirés des routes d'ici à 2050.

Le Canada est le dernier pays en date à faire pression sur les constructeurs automobiles pour qu'ils adoptent des véhicules sans émissions. Au début de l'année, l'Union européenne a décidé d'interdire la vente de nouvelles voitures produisant des émissions à partir de 2035, mais les véhicules à moteur à combustion interne fonctionnant avec des carburants synthétiques seront autorisés. L'UE est composée de 27 pays : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, République de Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque (Tchéquie), Roumanie, Slovaquie, Slovénie et Suède.

Le Royaume-Uni ne fait plus partie de l'UE, mais il vise lui aussi 2035, avec un retard de cinq ans par rapport au plan initial. Des pays comme la Norvège, Israël et Singapour fixent également des objectifs ambitieux aux constructeurs automobiles pour qu'ils passent aux VE. De même, de plus en plus d'États américains ont l'intention d'adopter ces normes dans les années à venir.

À voir sur Motorsport.tv :