Volvo a récemment construit sa dernière voiture équipée d'un moteur diesel, mais Toyota voit les choses différemment. Bien que la popularité du diesel ait diminué ces dernières années, le constructeur automobile japonais affirme que ce type de moteur a encore un long avenir devant lui. Sean Hanley, directeur des ventes et du marketing de Toyota Australie, en est un fervent défenseur :

"Le diesel, malgré les commentaires impopulaires à son égard, n'est pas mort. Il lui reste du temps et il ne va pas mourir de sitôt. Il s’agit d’une source de carburant très crédible, notamment dans le cas des véhicules lourds tels que les camions et les gros SUV."

Cependant, Hanley estime que le moteur diesel doit s'adapter à des réglementations en matière d'émissions, de plus en plus strictes, pour survivre. C'est pourquoi Toyota a récemment lancé un Hilux avec une version hybride légère du moteur turbodiesel quatre cylindres de 2,8 litres.

Galerie: Toyota Hilux 2024

Hanley n'exclut pas la possibilité d'un moteur à combustion fonctionnant au diesel synthétique. Parallèlement, Toyota tente de maintenir l'ICE en vie en le faisant fonctionner à l'hydrogène en testant des prototypes de la GR Yaris et de la GR Corolla sur circuit. Il y a quelques mois, le président Akio Toyoda a annoncé qu'une nouvelle famille de moteurs thermiques était en préparation, signalant l'intention du constructeur de vendre des voitures à propulsion conventionnelle à long terme.

Galerie: Toyota GR Yaris 2024

Toyota s’en tient à son plan

Le "grand projet de développement de moteurs" est nécessaire car Akio Toyoda prévoit que les véhicules purement électriques ne dépasseront jamais une part de marché de 30 %. Les 70 % restants des voitures seront toujours équipés de moteurs thermiques, fonctionnant à l’essence et au diesel. Toyota pense que les carburants synthétiques et l’hydrogène pourraient un jour devenir des alternatives viables.

Mais il sera de plus en plus difficile pour la marque japonaise de vendre des véhicules équipés de moteurs diesel sur des marchés où les réglementations sont de plus en plus strictes, surtout au sein de l'Union européenne. De nombreux constructeurs automobiles ont progressivement supprimé les moteurs diesel de leurs petites voitures dans l'UE, ce qui explique pourquoi ces derniers diesel ne détenaient qu'une part de marché de 13,6 % l'année dernière, contre 16,4 % (ce qui n’est pas beaucoup mieux) en 2022.

Galerie: Toyota GR Corolla (2022)

En 2023, les ventes de véhicules électriques ont pour la première fois dépassé celles des véhicules diesel dans l'UE, représentant 14,6 % des expéditions totales, selon les données publiées par l'Association des constructeurs européens d'automobiles. Les hybrides étaient également beaucoup plus populaires que les diesels, avec une part de marché de 25,8 %.

Les hybrides rechargeables représentaient 7,7 % des ventes, mais tous les PHEV n'ont pas de moteur à essence puisque certains constructeurs automobiles, comme Mercedes-Benz, les vendent plutôt avec un moteur diesel. La logique nous dit que ces derniers resteront populaires sur les marchés émergents et pour les véhicules utilitaires où la législation est plus assouplie.