Le nouveau Citroën Berlingo à l'essai !

Plus de vingt ans après la première génération du Berlingo apparue en 1996, Citroën lance cet automne son tout nouveau Berlingo, le troisième du nom ! Et pour poursuivre la saga du ludospace à succès, le Groupe PSA se dote de trois nouveaux produits basés sur la plateforme EMP2 : le Peugeot Rifter, l'Opel Combo Life, ainsi que le Citroën Berlingo.

Après les essais de son cousin le Peugeot Rifter, pour découvrir la déclinaison spécifique à la marque aux chevrons, nous avons pris le volant d'un nouveau Citroën Berlingo équipé de la motorisation essence trois cylindres 1,2 litre PureTech de 110 chevaux, dans sa finition de cœur de gamme "Feel" et en "Taille M", celui-ci étant disponible en deux longueurs : 4,40 mètres (Taille M) ou 4,75 mètres (Taille XL), toutes deux proposées en versions 5 ou 7 places.

Un look fun et décalé signé Citroën

Pour se différencier des autres modèles du Groupe, Citroën a offert au nouveau Berlingo un look en cohérence avec les dernières productions de la marque : cela se remarque à l'extérieur avec une face avant propre, qui se distingue par sa signature lumineuse à double étage, ses chevrons qui s'étirent sur toute la largeur du bouclier avant, ou encore ses enjoliveurs d'antibrouillards déclinables en deux coloris grâce aux "Packs Color" offrant des inserts blancs ou orange, que l'on retrouve également sur les discrets Airbumps situés en bas des portières. À ce propos, niveau personnalisation, le nouveau Berlingo dispose d'une palette de huit teintes de carrosserie (dont le gris "Sable" ou le vert "Aqua Green" de notre modèle d'essai, spécifiques à Citroën), ainsi que des jantes de 16 ou 17 pouces en option (roues tôle avec enjoliveurs de 16 pouces de série).

De profil, nous retrouvons les lignes traditionnelles du précédent Berlingo, avec des montants de pare-brise qui se parent de noir mat, afin d'offrir un aspect "flottant" au toit, que l'on retrouve également sur les autres modèles de la marque. À l'arrière, l'air de famille avec le précédent opus est également au rendez-vous, avec des proportions toutefois plus imposantes et une signature lumineuse plus moderne. Le hayon, assez lourd et imposant, se complète par une lunette arrière ouvrante très pratique permettant l'accès au coffre ou au rangement de toit.

Essai Citroën Berlingo 2018

Un intérieur spacieux et astucieux

À bord, le nouveau Berlingo dispose d'un habitacle spacieux et accueillant pour cinq (ou sept) passagers, ainsi que d'innombrables rangements et aspects pratiques qui ne manqueront pas de séduire les familles : citons notamment les 28 rangements à bord (offrant jusqu'à 186 litres de capacité), dont une astucieuse boîte à gants haute réfrigérée et dotée d'une prise USB/Jack, ou encore le toit "Modutop" qui offre un coffre de pavillon accessible depuis les places arrière ou le coffre (via la lunette arrière ouvrante), ainsi qu'une arche translucide sur toute la longueur de la voiture, au centre du grand toit en verre panoramique.

Le conducteur bénéficie quant à lui d'un écran tactile centralisant toutes les fonctionnalités d'info-divertissement et de navigation GPS, ainsi que d'une instrumentation lisible et à l'ergonomie travaillée, à défaut d'offrir le célèbre i-Cockpit du cousin Rifter, un modèle du genre. Pour compenser cette absence, la version signée Citroën offre un afficheur tête haute, qui permet de conserver toutes les informations utiles à la conduite à portée de regard.

Les passagers arrière seront quant à eux confortablement installés sur trois sièges individuels, qui peuvent s'escamoter d'un simple geste afin d'offrir un plancher plat. En option, deux sièges d'appoint extractibles situés dans le coffre peuvent accueillir deux passagers supplémentaires. Le coffre est quant à lui généreux, avec une capacité de 597 litres pouvant atteindre les 2126 litres une fois les sièges arrière rabattus.

Essai Citroën Berlingo 2018

Le confort est au rendez-vous sur la route

Une fois au volant du Citroën Berlingo, difficile d'oublier sa parenté avec l'utilitaire éponyme, tant la position de conduite est haute et verticale. Toutefois, celle-ci offre une bonne amplitude de réglages et ne manquera pas de séduire les amateurs de SUV et de monospaces. Tout comme ces derniers, le nouveau Berlingo offre une excellente visibilité vers l'extérieur, ce qui sera notamment un atout en ville, où la voiture est à son aise. Pour les manœuvres, vous pourrez compter sur son très bon rayon de braquage, sa direction légère, ainsi les radars de stationnement avant et arrière, sans oublier la caméra de recul avec visualisation à 180°.

Sur la route, le moteur essence trois cylindres 1,2 litre PureTech de 110 chevaux, déjà connu sur le reste de la gamme PSA, est particulièrement à son aise : il offre de la souplesse et des prestations suffisantes pour un usage polyvalent. Sans forcément chercher à battre des chronos, ses accélérations sont confortables, et les reprises s'effectuent tout en douceur, notamment grâce à sa boîte mécanique dont les six rapports sont correctement étagés et guidés. On regrettera toutefois l'absence d'une boîte automatique, qui n'est proposée que sur le diesel 1,5 litre BlueHDi de 130 chevaux, avec une version EAT8 à huit rapports.

Moins dynamique que son cousin le Peugeot Rifter, le nouveau Citroën Berlingo prend un peu plus de roulis en virage, mais sans pour autant compromettre la tenue de route qui est au rendez-vous. L'avantage de cette déclinaison chevronnée réside plutôt dans le confort, avec un amortissement remarquable d'onctuosité. De quoi avaler confortablement les kilomètres, bien que l'on notera une insonorisation perfectible sur autoroute : rien de rédhibitoire toutefois, tant les progrès effectués depuis la précédente génération sont remarquables !

Pour compléter ces prestations routières, le nouveau Berlingo bénéficie de 19 aides à la conduite qui faciliteront sa conduite au quotidien : citons notamment le régulateur de vitesse adaptatif, la lecture des panneaux, le Grip Control, la surveillance des angles morts, le freinage automatique d'urgence, ou encore les feux de route automatiques.

Essai Citroën Berlingo 2018

En conclusion

Plus moderne que jamais, le nouveau Citroën Berlingo se renouvelle avec succès, et fera le plaisir des familles et des amateurs de ludospaces, avec ses nombreuses astuces à bord ainsi que son confort sur la route. Il offrira une alternative de choix face à un vieillissant Renault Kangoo, ou même face à son cousin le Peugeot Rifter, avec un tarif un peu plus attractif.

Proposé à partir de 21'850 euros pour une version Live animée par le 1.5 BlueHDi 75 chevaux BVM5, notre nouveau Citroën Berlingo à l'essai est une version Feel dotée du 1.2 PureTech 110 chevaux BVM6, qui s'affiche à partir de 23'550 euros, hors options. Selon la marque aux chevrons, cette version affiche une consommation de 5,5 l/100 km en cycle mixte, soit des émissions de 121 g/km de CO2, entraînant un malus de 53 euros. En pratique, il vous faudra compter en moyenne environ un à deux litres de sans plomb de plus.

Photos : Tran HA / Motor1.com

Essai Citroën Berlingo 2018
Points positifs Points négatifs
Confort et agrément de conduite Un seul moteur essence dans la gamme
Modularité et nombreux rangements astucieux Pas de boîte automatique en essence
Deux longueurs et versions 5 ou 7 places pour tous les besoins  Insonorisation perfectible sur autoroute

 

Citroën Berlingo Feel - Taille M - 1.2 PureTech 110 BVM6

Motorisation Essence PureTech, 3-cylindres en ligne, 1199 cm³, 12 soupapes, turbo à injection directe haute pression
Puissance 110 chevaux / 205 Nm
Transmission Boîte mécanique à 6 rapports
Type de transmission Traction avant
0-100 km/h 11,5 secondes
Vitesse maximum 175 km/h
Poids 1356 kg
Volume de coffre 597 litres / 2126 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 6,3 l/100 km / Extra-urbain : 5,0 l/100 km / Mixte : 5,5 l/100 km
Prix de base 21'850 €
Prix de la version testée 23'550 €

Galerie: Essai Citroën Berlingo 2018

Photo: Tran HA