La compacte qui vous en donne pour votre argent ?

Depuis l'apparition de la première Focus en 1998, Ford en a écoulé plus de sept millions en Europe. Une success story qui devrait perdurer puisque, globalement, la recette ne change pas. En effet, la firme américaine s'attache toujours à proposer une voiture assez consensuelle qui se distingue par son niveau d'équipements et son prix d'appel souvent inférieur à la moyenne de la catégorie. Après un premier essai convaincant de la version essence de 184 chevaux, qui ne devrait en aucun cas représenter l'essentiel des ventes en France, attardons-nous sur un modèle essence certes moins enthousiasmant, mais qui devrait intéresser le plus grand nombre.

En effet, si le diesel devrait encore une fois représenter l'essentiel des ventes − d'une courte tête cela dit −, les motorisations essence auront sûrement leur mot à dire, notamment chez les particuliers. Avec un modèle 1,0 litre EcoBoost de 125 chevaux, Ford devrait susciter l'intérêt de nombreux potentiels acquéreurs. C'est peut-être déjà le cas avec 2741 ventes en France depuis le début de l'année et 887 immatriculations rien qu'au mois de novembre. On est bien loin des ventes des stars du segment, mais la Focus de quatrième génération n'en est qu'à ses débuts.

Essai Ford Focus 2018

Design pragmatique et intérieur en progrès

Si la première génération de la Focus a eu le mérite de sortir du lot grâce à un design pour le moins extravagant à l'époque, la quatrième génération se démarque justement pour tout l'inverse. Effectivement, difficile de faire plus consensuelle que cette Focus qui devrait plaire au plus grand nombre. Les codes esthétiquement modernes sont bien respectés, mais on pourrait toutefois lui reprocher de manquer de ce "petit truc en plus" qui peut faire la différence aux yeux d'un client. En termes de dimensions, la nouvelle Ford Focus gagne deux centimètres de long par rapport à l'ancien modèle. Elle culmine maintenant à 4,38 mètres en longueur, 1,82 mètre en largeur et 1,47 mètre en hauteur. L'empattement s'allonge de 53 millimètres également et passe à 2,70 mètres. Ces dispositions lui permettent de gagner en habitabilité avec un volume de coffre qui gagne 12 litres par rapport à l'ancienne Focus. (363 litres contre 375 litres actuellement). La Focus reste néanmoins légèrement en dessous de ses principales concurrentes puisque la Peugeot 308 propose 420 litres et la Renault Mégane 384 litres.

Essai Ford Focus 2018
Essai Ford Focus 2018

À l'intérieur, tout change ou presque. Ford assure avoir réduit de moitié le nombre de commandes physiques par rapport à l'ancienne version. De ce fait, l'habitacle est maintenant beaucoup plus agréable et ergonomique. Il s'inspire en grande partie de celui de la Fiesta. La qualité des matériaux est variable selon les endroits et les finitions sont plutôt correctes pour la catégorie. En termes de technologies à bord, la Focus alterne le bon et le moins bon. Le moins bon, c'est surtout qu'elle ne dispose pas de système d'instrumentation numérique mais de simples compteurs à aiguilles classiques. Certes, la Peugeot 308 et la Renault Mégane n'en disposent pas non plus, mais elles sont aussi plus anciennes. Du côté des bonnes choses, on peut souligner les fonctions regroupées au sein de l'écran tactile de huit pouces au centre de la console. C'est complet et connecté, surtout si vous disposez de l'option Ford Pass Connect, un modem 4G permettant d'accéder à plusieurs fonctions de son auto via son smartphone. Cela permet, entre autres, de disposer des informations sur le trafic en temps réel ou encore de disposer d'un point WiFi embarqué.

Essai Ford Focus 2018
Essai Ford Focus 2018
Essai Ford Focus 2018
Essai Ford Focus 2018
Essai Ford Focus 2018

Un comportement routier convaincant

Notre modèle d'essai est équipé du petit trois cylindres 1,0 litre EcoBoost de 125 chevaux et 170 Nm de couple. Associé à une nouvelle boîte automatique à huit rapports, l'ensemble est plutôt convaincant et offre de belles prestations malgré les 1371 kilos de l'engin. Le moteur, comme tous les trois cylindres, bénéficie d'une plage d'utilisation assez étroite avec un couple maximum disponible à bas régime et qui s'essouffle assez rapidement, dès 4500 tr/min. Les accélérations sont assez linéaires mais satisfaisantes dans l'ensemble. Globalement, le moteur remplit parfaitement son rôle et saura répondre aux attentes de sa clientèle. La boîte de vitesses automatique est elle aussi satisfaisante, dommage qu'elle soit néanmoins un peu vigoureuse à faible allure avec parfois des passages de rapports rugueux et pas forcément agréables pour le confort.

Sans avoir le toucher de route d'une Peugeot 308, cette Ford Focus s'en sort largement avec les honneurs et fait preuve d'une belle rigueur.

Plus légère d'environ 80 kilos par rapport à la précédente génération, cette petite cure d'amaigrissement se ressent au niveau du châssis. Très rigoureux, même sans suspensions pilotées (en option à 1000 euros mais indisponible sur le moteur essence de 125 chevaux et le moteur diesel de 120 chevaux), la voiture est assez plaisante à emmener à vive allure avec des liaisons au sol convenables et une prise de roulis maîtrisée. Sans avoir le toucher de route d'une Peugeot 308, cette Ford Focus s'en sort largement avec les honneurs et fait preuve d'une belle rigueur. C'est appréciable et cela permet également de se sentir en sécurité. Si les irrégularités de la chaussée se font ressentir, la voiture n'est pas pour autant inconfortable, bien au contraire, et sait recevoir ses occupants. On a également apprécié la consistance de la direction, très précise, et qui le devient encore plus une fois le mode Sport activé. Cela nous amène donc aux trois modes de conduite proposés : Eco, Normal et Sport. Si le premier est calibré pour faire consommer le moins de carburant possible, il aura tendance à "brider" l'auto avec une réponse à l'accélérateur plus lente. Le mode Normal est parfait pour une utilisation quotidienne, tandis que le mode Sport saura vous ravir à l'approche de petits virages serrés.

Essai Ford Focus 2018
Essai Ford Focus 2018

Justement, dans ces virages serrés, comment se comporte-t-elle cette Focus ? En l'absence de suspensions pilotées, elle prend évidemment un peu plus de roulis qu'une version qui en est pourvue. Pour autant, elle ne s'écrase pas non plus sur ses appuis et saura vous gratifier de belles prestations. Plaisante à emmener, la voiture est bien équilibrée et semble presque être emmenée sur des rails. Difficile donc de lui trouver des défauts sur le plan routier. Après plusieurs centaines de kilomètres, il est temps également de dresser un premier bilan concernant les consommations. Si Ford annonce 5,6 l/100 kilomètres en usage mixte, il faudra tabler sur un peu plus de 7,0 l/100 kilomètres avec une conduite relativement calme et coulée. Rien de catastrophique néanmoins pour une voiture de cette catégorie. Ce moteur bénéficie, comme le bloc 1,5 litre, d'un système de désactivation d'un cylindre permettant ainsi, à vitesse stabilisée, de grappiller quelques gouttes d'essence.

Que serait une voiture moderne sans technologies d'aide à la conduite ? Ford équipe sa Focus d'un système nommé Co-Pilot 360 comprenant le freinage automatique d'urgence avec la détection des piétons et des cyclistes, l'aide à l'évitement d'urgence, la reconnaissance des panneaux, le régulateur de vitesse adaptatif, la gestion des feux de route, le maintien dans la ligne ou encore le système de surveillance des angles morts. Combiné au système d'affichage tête haute (en option à 450 euros), et vous voici encore un peu plus proche de la conduite du futur.

Le juste prix ?

Dans le segment des compactes, la concurrence est rude. En France, difficile de se faire une place parmi les Renault Mégane et Peugeot 308 qui s'octroient la majeure partie du gâteau. D'autres modèles sont aussi là pour lui mettre des bâtons dans les roues. On pense notamment aux SEAT Leon, Hyundai i30, Volkswagen Golf et autres Kia Ceed. La Focus se distingue par des prix plutôt contenus et un niveau d'équipement correct de série. Notre version d'essai, basée sur la finition Titanium, débute à partir de 26'350 euros avec, de série, les feux à LED, la climatisation automatique bi-zone, l'écran tactile de huit pouces ou encore les radars de stationnement avant et arrière.

Qu'elle est intéressante cette Focus. Bien évidemment elle n'est pas parfaite mais, à l'instar de la nouvelle Kia Ceed, elle vient clairement tirer son épingle du jeu grâce à des prix attractifs et un niveau d'équipement plus que correct. Par rapport à la troisième génération, cette nouvelle Focus fait un pas de géant en avant et vient sans complexe titiller les ténors de la catégorie. Même si on aurait souhaité qu'elle soit moins consensuelle dans le style, force est de constater qu'elle coche globalement toutes les bonnes cases pour la clientèle qu'elle vise.

 
Points positifs Points négatifs
Habitabilité  Consommation un poil élevée en conduite soutenue
Niveau d'équipement Quelques plastiques durs
Tarifs contenus Boîte automatique hésitante à bas régime

 

 

 

Ford Focus - 1,0 litre EcoBoost 125 chevaux BVA8

Motorisation Essence EcoBoost, trois cylindres en ligne, 999 cm³, turbo
Puissance 125 chevaux / 170 Nm
Transmission Boîte automatique à huit rapports
Type de transmission Traction
0-100 km/h 11,1 secondes
Poids 1371 kg
Volume de coffre 375 à 1320 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 7,1 l/100 km / Extra-urbain : 4,7 l/100 km / Mixte : 5,6 l/100 km
En vente 2018
Prix de base 19'950 €
Prix de la version testée 26'350 €

Galerie: Essai Ford Focus (2018) : 1,0 litre EcoBoost 125 ch