Si tout comme nous il vous arrive d'avoir soif de liberté, d'évasion, et d'aventure, le Volkswagen California 6.1 est fait pour vous. C'est un utilitaire, ou plutôt, un van, qui vous emmène là où vous voulez, quand vous voulez et qui est judicieusement équipé pour vivre en totale indépendance. C'est l'allié parfait pour vos moments d'évasion, et vous allez le voir, rouler en Volkswagen California 6.1 est un art de vivre. 

L'aventure, l'aventure et rien que l'aventure

Le California 6.1 est donc un utilitaire aménagé qui a tous les équipements nécessaires pour se sentir comme à la maison. Tout a été scrupuleusement pensé pour que l'espace soit optimisé au mieux. À l'arrière du van, on retrouve une kitchenette, une table qui peut être rangée pour libérer de l'espace, plusieurs espaces de rangement pour stocker les provisions et les affaires personnels, un réfrigérateur et un point d'eau.  

Essai Volkswagen California 6.1
Essai Volkswagen California 6.1
Essai Volkswagen California 6.1

Dans ce même espace, il y a aussi la banquette arrière que l'on peut coulisser et incliner pour la mettre à plat. Ainsi, en y ajoutant le surmatelas compris dans le van, notre couchette du soir est prête en quelques minutes. Pour l'avoir essayée plusieurs nuits de suite, nous pouvons vous assurer qu'elle est relativement confortable. Certes, ce n'est pas le grand luxe, mais c'est amplement correct pour passer de belles nuits à l'intérieur du California 6.1.

Il y a une autre couchette, et elle est sur le toit. Grâce à un écran de commandes situé au niveau du plafonnier, nous pouvons déployer le toit du California qui s'ouvre comme par magie. Là, un lit douillet est installé et il peut, tout comme celui du bas, accueillir deux personnes. Il existe des ouvertures de part et d'autre du toit relevable du VW California 6.1 qui permettent d'admirer la vue. Il y a une autre ouverture plus protubérante à l'avant. 

Essai Volkswagen California 6.1
Essai Volkswagen California 6.1
Essai Volkswagen California 6.1

Il y a ceux qui ne ferment pas l’œil avant que les rideaux ne soient complètement baissés. Sachez que chaque vitre du California 6.1 a un store que l'on peut ouvrir pour que l'intérieur devienne totalement obscur. Certains de ces stores sont fragiles, comme ceux du pare-brise par exemple, qu'il faut donc manipuler avec précaution et avec les deux mains ! Il en va de même pour les armoires et leur serrure qui semblent délicates. Bref, d'une manière générale, il faut être minutieux lorsqu'on monte à son bord et qu'on manipule son mobilier.

Le soir, la température chute brutalement. L'intérieur est relativement bien isolé, en revanche, lorsque l'on déploie le toit en tissu, c'est une autre histoire. On vous déconseille de dormir à l'étage, même près d'une plage, mieux vaut passer sa nuit dans la première couchette qui plus est l'habitacle est chauffé toute la nuit grâce à un chauffage stationnaire. 

L'appartement roulant

Il est possible de vivre en quasi-indépendance à bord du Volkswagen California 6.1. Bien sûr, de temps à autre, il faudra s'arrêter dans un centre commercial pour y faire ses courses, après ce, prendre la route et rouler des centaines de kilomètres sans savoir où dormir est un jeu d'enfant. On peut dormir à bord et cuisiner, hélas, il n'y a ni douche ni toilette. Certes, Volkswagen a prévu une petite douchette à l'arrière du van, mais elle n'est pas vraiment pratique. D'autant plus que le réservoir d'eau ne contient que 30 litres, insuffisant suite à notre expérience car il a souvent fallu faire le plein d'eau. 

Essai Volkswagen California 6.1

En revanche, pour ce qui est de l'électricité, Volkswagen a fait fort. Le California 6.1 a une batterie auxiliaire située sous le siège conducteur. Nous ne nous sommes à aucun moment branché à une prise électrique pour la recharger. Et pour cause, cette batterie se recharge en roulant : comme c'est pratique ! Cette batterie a même une prise 230 V qui nous a permis de recharger l'ensemble de nos appareils électroniques comme on le ferait à la maison. 

L'autre surprise vient de la consommation en carburant. Cette maison roulante consomme relativement peu au vu de son gabarit, de son aérodynamisme et de son poids de près de trois tonnes à vide. Nous avons relevé une moyenne de 9,2 litres aux 100 km. Cela comprend les trajets en ville, en compagne et sur autoroute. Au cours de notre périple de plus de 1000 km, nous n'avons refait le plein qu'une seule fois (réservoir d'essence de 80 litres). En roulant sur l'autoroute, la consommation du van tombe à 8,6 litres.

Essai Volkswagen California 6.1
Essai Volkswagen California 6.1

Un comportement digne d'une berline

Les clients du Volkswagen California 6.1 ne seront pas déçus par son comportement routier. Si on avait essayé le California les yeux bandés (chose impossible) et que l'on devait deviner l'identité du véhicule, on n'aurait peut-être pas pensé au California. Enfin, presque, car il est trahit par sa conduite haute et la position de son volant. En nous installant au volant, nous dominons largement la route, c'est encore mieux que dans un SUV.

Essai Volkswagen California 6.1

Notre California 6.1 était doté du moteur 2.0 TDI fort de 198 ch. Les relances sont franchement correctes, doté de cette motorisation, le California ne manque vraiment pas de peps d'autant plus qu'il est bien épaulé par la boîte DSG7. Tout comme dans toutes ses voitures, Volkswagen propose même un mode sport qui améliore légèrement la vivacité du van.  

Les kilomètres défilent dans un confort digne des meilleures routières, et cerise sur le gâteau, en passant au mode normal ou confort, l'amortissement devient plus doux : le California se transforme en salon roulant. On n'entend quasiment pas les bruits aérodynamiques, bref, sur la partie conduite, nous n'avons rien à lui reprocher. 

D'autant plus que notre modèle d'essai était superbement bien équipé, avec des technologies dernier cri. Il y a l'adaptateur de vitesse adaptatif, l'assistant au maintien dans la voie, l'avertisseur d'angle mort, le tableau de bord numérique ainsi qu'un écran central calqué sur la nouvelle Volkswagen Golf 8 : absolument tout y est ! Quand est-ce qu'on reprend la route ?

Les points positifs Les points négatifs
Aménagement de l'espace intérieur Fragilité du mobilier 
Comportement routier Réservoir d'eau trop petit
Des consommations correctes  

Galerie: Essai Volkswagen California 6.1