Toyota a lancé, ce mercredi, la production de son nouveau SUV C-HR. L’hybride, dernier né de la gamme, est le huitième modèle Toyota construit en Europe. Ce dernier sera produit en Turquie, ses motorisations en Grande-Bretagne, et les boîtes de vitesses en Pologne.

C’est un modèle stratégique pour Toyota qui rentre en production, cette semaine, en Turquie. Avec le C-HR, le constructeur nippon arrive sur le marché du SUV. Un secteur en vogue, en ce moment, auprès des publics européens et américains. Aussi, il n’est pas surprenant que ce véhicule soit prévu pour les marchés précédemment cités.

Lire aussi : Toyota, des ventes en hausse, mais de revenus en baisse...

Le constructeur japonais, qui a présenté un bilan financier sur ces derniers mois plutôt contrasté, souhaite se renforcer sur le marché européen. Toyota y est déjà bien présent, aussi bien commercialement qu’industriellement, notamment avec la Yaris, produite en France, ou les Auris en Grande-Bretagne. "Le Toyota C-HR revêt une énorme importance pour l’ensemble de Toyota, au-delà même de l’usine en Turquie. Le segment des crossover est en pleine croissance et, avec ce produit, Toyota y fait une entrée très remarquée", a ainsi déclaré Johan Van Zyl, président de Toyota Motor Europe.

Toyota C-HR production start
Toyota C-HR production start
Toyota C-HR production start

Pourquoi autant d’attente autour de ce véhicule ? Il pourrait faire passer le rythme de production de l’usine turque de 150'000 à 280’000 véhicules produits par an. Toyota a ainsi investi 350 millions d’euros sur le site, et embauché 2000 personnes supplémentaires.

Par ailleurs, les motorisations sont montées au Pays de Galles, tandis que les boîtes de vitesses sont produites en Pologne. Un cap important pour le constructeur nippon, qui pourrait aussi faire passer sa production locale pour le marché local, à 75%.

Lire aussi : Toyota produira des boîtes de vitesses et des moteurs en Pologne

2017 Toyota C-HR