Avant d'être star de cinéma, la DMC-12 a été un échec industriel...

Était-ce une entreprise vouée à l'échec dès même sa création ? L'aventure de DMC, pour DeLorean Motor Company, semble être de ces histoires rocambolesques, mal engagées dès le départ. Avant de devenir une star du cinéma via le film Retour vers le Futur, de Robert Zemeckis, en 1985, DeLorean a connu des hauts, et surtout beaucoup de bas.

Pourtant, tout semblait bien parti pour que l'aventure se lance correctement. L'idée de John Zacharie DeLorean, fondateur de la marque, qui a quitté son poste de n°2 de General Motors pour se consacrer à ce projet, est d'offrir une voiture de sport moderne et utilisant des matériaux durables, à l'image de l'inox de la carrosserie.

1976 - DMC DeLorean DSV Prototype
1976 - DMC DeLorean DSV Prototype

Seulement, dans les années 1975, il est plus compliqué de fonder sa marque que ça ne l'est aujourd'hui, notamment lorsqu'il s'agit de construire des SUV électriques. Pour le cas de DeLorean, plusieurs emprunts sont faits auprès de la Bank of America, ainsi que de particuliers assez célèbres. Avoir été le n°2 de GM ouvre tout de même quelques portes.

Novateur et pas si bête

Notamment celles d'ItalDesign Giugiaro, qui s'occupera du dessin de la DMC-12, qui sera donc la future voiture de la marque. Un premier prototype est dessiné par le designer italien qui présente, dès 1976, les grandes lignes de la Delorean. Portes papillons, châssis tubulaire, après l'abandon d'une plate-forme modulable révolutionnaire, mais non industrialisable, moteur en position centrale arrière, ainsi que ces lignes tendues proches des sportives de l'époque comme le sont les Maserati Merak, Lamborghini Countach ou Detomaso  Pantera. Cette DMC-12 se montre plutôt réussie, même sans feux rétractables.

1981 - DMC DeLorean DMC-12
1981 - DMC DeLorean DMC-12
1981 - DMC DeLorean DMC-12
1981 - DMC DeLorean DMC-12
1981 - DMC DeLorean DMC-12

Outre son ambition de réaliser une voiture solide dans le temps, DeLorean se veut attentif aux nouvelles contraintes de sécurité. Aussi, ce prototype se nomme DeLeroean Safety Vehicle, avec des pare-chocs modernes, des structures déformables. Il veut aussi garder un côté avant-gardiste, et envisage un moteur rotatif fourni par NSU et Citroën pour sa sportive. Une bonne idée, mais qui ne supporte ni le rachat de Citroën par Peugeot, ni celui du crash pétrolier, et de la soudaine inutilité du fameux moteur Wankel.

L'enfer, toujours pavé de bonnes intentions, commence dès ce moment. Plutôt qu'un rotatif, le dirigeant américain mise sur un autre moteur d'origine française. Tenez-vous bien : le V6 Peugeot-Renault-Volvo, qui vient se loger aussi bien sous le capot d'une Peugeot 604, d'une Renault 30 que d'une Alpine.

1981 - DMC DeLorean DMC-12
1981 - DMC DeLorean DMC-12
1981 - DMC DeLorean DMC-12
1981 - DMC DeLorean DMC-12
1981 - DMC DeLorean DMC-12
1981 - DMC DeLorean DMC-12

Lui-aussi chargé de bonnes intentions, mais souffrant de sérieux problèmes de structures (angles pas adaptés, manque de puissance, consommations hautes, cycle d'allumage non-régulier), celui-ci n'offre que 150 ch, et surtout, 130 en version américaine dépolluée. Bref, un peu compliqué pour prétendre à de vraies ambitions sportives. Les dix secondes pour monter à 100 km/h sont longues et presque inadmissibles pour une voiture qui va se vendre à plus de 25'000 dollars (environ 60'000 euros chez nous avec l'inflation).

Lire aussi:

Revenons cependant à la gestation de la DeLorean et de la marque, qui, elle prend du temps. Elle est d'ailleurs confiée à Colin Chapman, chez Lotus, qui impose ainsi des méthodes utilisées pour la production de l'Esprit. En parallèle, la production d'une usine est lancée en Irlande du Nord.

1981 - DMC DeLorean DMC-12
1981 - DMC DeLorean DMC-12

L'idée est simple : contre la création d'emplois dans la banlieue de Belfast, le gouvernement local s'engage à prendre 60% des fonds nécessaires à l'installation de l'entreprise. Il faut dire que le pays est rongé par les luttes entre protestants et catholiques, et surtout par le chômage. Un contexte qui produira la légende urbaine autour de la double entrée de l'usine, l'une pour les catholiques, l'autres pour les protestants. Semble-t-il que l'aspect pratique était prédominant.

Qualité en berne

Les 61'000 m2 d'usine étant inaugurés en 1979, la production de la DeLorean est attendue dans la foulée. Cependant, les premiers soucis budgétaires et le manque d'expérience de la nouvelle main d'œuvre, peu qualifiée dans la production de véhicules, l'Irlande du Nord n'en ayant jamais produit, retardent la commercialisation. Aussi, lorsque les premières DeLorean sortent d'usine, la qualité n'est pas au rendez-vous, et les voitures doivent parfois être remontées pour obtenir une qualité suffisante.

1981 - DMC DeLorean DMC-12

Pire, la DeLorean DMC-12 ne convainc pas, et depuis sa sortie en 1981 jusqu'à la mise en liquidation de DMC, seulement 6000 modèles sont vendus. Avec de nombreux soucis de fiabilité lors des arrivées sur le marché. Aussi, ce score met la société, déjà mal engagée, en difficulté, puisque le seuil de rentabilité était fixé à 11'000 exemplaires.

Pire, fin 1982, John Zacharie Delorean est accusé d'avoir trafiqué de la drogue, environ 24 millions de dollars de cocaïne, par le FBI. Une supercherie, semble-t-il, montée par le FBI, et prouvée par son avocat, mais cette affaire a des répercussions sur les affaires du businessman. DeLorean ne se remet pas de ce coup du sort, et l'entreprise est liquidée fin 1982. Au total 9200 DeLorean ont été produites, et l'entreprise disparaît aussi vite qu'elle n'est apparue.

BTTF Delorean

Comble du mauvais sort, la DeLorean devient célèbre en 1985. "Quitte à voyager dans le temps, autant avoir une voiture qui ait de la gueule", explique le Dr Brown, dans le film de Robert Zemeckis, Retour vers le futur. D'échec, la DMC-12 devient une icône ! Au point qu'une solide communauté s'est formée autour des propriétaires de cette voiture.

La marque va d'ailleurs revoir le jour, dès cette année, via une loi favorable sur les petits constructeurs aux États-Unis, avec une petite série qui réservera plusieurs surprises, et un peu plus de puissance !

Lire aussi:

Faites partie de quelque chose de grand