Retrouve-t-on l'esprit "feel good" si cher à Citroën ?

À sa sortie en 2014, la Citroën C4 Cactus a littéralement bouleversé les codes de la marque aux chevrons. Après l'âge d'or dans les années 2010 avec le Citroën C4 Picasso, la C5 ou encore la petite C3 de seconde génération, la concurrence a peu à peu repris du terrain, notamment en termes de technologies, de quoi reléguer ces anciennes stars de leur segment en modèles quasiment hors d'âge. Il fallait donc réagir, et la Citroën C4 Cactus a inauguré il y a trois ans une nouvelle philosophie propre à Citroën grâce à un style à la fois déconcertant et original, qui marque l'esprit feel good, nouvelle ligne directrice du constructeur français.

Lire aussi :

Les débuts ont néanmoins été compliqués. À mi-chemin entre un SUV non assumé et une compacte pas vraiment finie, avec en plus de ça quelques économies de bout de chandelle vendues comme des "innovations" (banquette arrière non fractionnable, vitres arrière fixes...), la C4 Cactus n'a jamais vraiment su se positionner et les ventes n'ont pas été celles escomptées. Mais en y regardant de plus près, elle a aussi été précurseur du nouveau style Citroën. S'en est suivi la nouvelle C3, le nouveau C3 Aircross puis prochainement le nouveau C5 Aircross qui arrivera dans nos contrées en 2018. Aujourd'hui, la C4 Cactus fait peau neuve, et pour le coup, le mot restylage n'a jamais été aussi bien employé pour une voiture.

2018 Citroen C4 Cactus
2018 Citroen C4 Cactus
2018 Citroen C4 Cactus
2018 Citroen C4 Cactus
2018 Citroen C4 Cactus

Esthétiquement, il y a des choses à dire, Citroën a revu en profondeur sa compacte, puisque ça y est, la C4 Cactus est enfin positionnée dans cette catégorie par son constructeur. La face avant a été revue et élargie avec de nouvelles optiques affinées et soulignées par des inserts noir brillant. À l'arrière, nous retrouvons une nouvelle signature lumineuse à effet 3D au niveau des feux, le volet de coffre autrefois considéré comme une protection pour minimiser l'impact des chocs est maintenant de la même couleur que la carrosserie. Contrairement à ce que l'on a pu lire récemment, les Airbump ne disparaissent pas. Ils migrent en partie basse comme sur la Citroën C3. De ce fait, leur utilité devient donc minime... Dernier élément, les barres de toit qui étaient de série sur l'ancienne version sont maintenant disponibles en option.

À l'intérieur, pas ou peu de changements significatifs. On notera simplement l'arrivée d'un nouvel écran capacitif de série, de sept pouces, sûrement plus fluide et plus agréable d'utilisation que l'ancienne version. Citroën y intègre cette fois-ci d'emblée une banquette rabattable 1/3 - 2/3 et un coffre de 358 litres (+10 litres) pouvant aller jusqu'à 1170 litres banquette rabattue. Reposant sur l'architecture PF1 du groupe PSA, une plateforme modulaire qui sévit depuis presque 20 ans au sein du groupe et récemment encore utilisée sur le Citroën C3 Aircross, la C4 Cactus ne change pas vraiment ses cotes. Elle gagne un centimètre en longueur (4,17 mètres) et perd deux centimètres en largeur (1,71 mètre). Son empattement ne change pas et mesure toujours 2,60 mètres.

2018 Citroen C4 Cactus
2018 Citroen C4 Cactus

La grosse nouveauté n'est en réalité pas esthétique mais technique. Citroën inaugure, pour la première fois en Europe, la suspension avec butées hydrauliques progressives. Une technologie que nous retrouverons prochainement sur le C5 Aircross notamment. Selon Citroën, vingt brevets ont été déposés dans le cadre du développement de cette suspension. Alors que les suspensions classiques sont composées d’un amortisseur, d’un ressort et d’une butée mécanique, les suspensions avec butées hydrauliques progressives ajoutent deux butées hydrauliques de part et d’autre : une de détente et une de compression. La suspension travaille ainsi en deux temps en fonction des sollicitations. Citroën n'hésite d'ailleurs pas à communiquer sur des sensations de "tapis volant", un peu à l'image des suspensions hydrauliques des Citroën DS de l'époque. Des suspensions que nous ne manquerons pas d'essayer d'ici les prochains essais.

Autre première, et mondiale cette fois-ci : l'arrivée de sièges "Advanced Comfort" qui apportent un confort d’approche, postural et dynamique, "pour que les passagers se sentent aussi bien que dans les fauteuils de leur salon" selon Citroën. Ces assises proposent sur les sièges avant et sur la banquette arrière une mousse épaissie de 15 millimètres. Un travail global a été fournit également au niveau de l'acoustique avec des vitres épaissies, des joints d’étanchéité autour de tous les ouvrants, un pare-brise acoustique, et davantage de matière au niveau du tablier d'habitacle et du plancher.

Lire aussi :

La C4 Cactus intègre également quelques technologies liées aux aides à la conduite avec les détecteurs d'angle mort ou encore le maintien dans la voie. Nous ne retrouvons malheureusement toujours pas le régulateur de vitesse adaptatif. Sous le capot, la voiture sera disponible avec six motorisations différentes : trois essences et trois diesels.

Essence Diesel

1,2 litre, PureTech, 82 chevaux, BVM

1,6 litre BlueHDI, 100 chevaux, BVM
1,2 litre, PureTech S&S, 110 chevaux, BVM & EAT6 1,6 litre BlueHDI S&S, 100 chevaux, BVM
1,2 litre, PureTech S&S, 130 chevaux, BVM

1,6 litre BlueHDI S&S, 120 chevaux, EAT6

La voiture sera disponible dès l'année prochaine à des tarifs encore inconnus à l'heure où nous écrivons ces lignes.

Source : Citroën

Citroën C4 Cactus (2018)