Un héritage transmis de père en fils…

Présenté lors du Salon de Paris en octobre 1947, la Peugeot 203 a relancé l'activité du constructeur français. Elle fut déclinée en plusieurs versions par la suite : après les évolutions berline, puis berline découvrable, la 203 Cabriolet fit à son tour son apparition à l'occasion du Salon de Paris de 1951. Elle fut construite en 2'567 exemplaires, sa production étant stoppée en octobre pour faire place à la nouvelle 403.

Garagiste de la région de Mulhouse, Roger Dillmann acquit un exemplaire de la Peugeot 203 Cabriolet produite en 1955 et entreprit un important travail de transformation qui dura pas loin de deux ans afin de l'affûter pour la compétition : fortement rabaissée, avec une ligne affinée, la voiture se dotait également d'un compresseur qui lui procurait une puissance d'une centaine de chevaux. Fortement modifiée, cette 203 "Spéciale" RG (pour Roger Dillmann) fit même l'objet d'une homologation à son époque.

Dillmann put ainsi s'inscrire au départ de la toute première édition de la course de côté de Turckheim, qu'il conclut à un excellent quatrième rang au milieu d'une soixantaine de concurrents engagés. Par la suite, le garagiste mulhousien décidait d'abandonner le compresseur qui martyrisait trop la mécanique, mais les résultats s'en ressentirent et, après une dizaine d'épreuves disputées à la fin des années 50, l'aventure stoppait là.

Peugeot 203 cabriolet 1955

Par la suite, la voiture allait être remisée au fond du garage de ce dernier pendant de nombreuses années, avant d'être stockée dans une grange durant deux décennies. Il y a quelques années, elle était ainsi promise à la casse mais fut sauvée de ce triste sort par Roger Ott, l'ancien mécanicien de Roger Dillmann, qui se tournait tout naturellement vers Gérard Dillmann, le fils de ce dernier, pour remettre la belle en état. 

Garagiste lui-même, restaurateur reconnu de véhicules anciens, mais aussi pilote de course en son temps (Formule 3, Sport prototype, Trophée Andros notamment, et un départ aux 24 Heures du Mans 1993) Gérard Dillmann s'est ainsi attelé à son tour à une tâche colossale sur une voiture considérablement usée par le temps.

Peugeot 203 Speciale RD 1955
Peugeot 203 Speciale RD 1955 2

Bientôt à la vente ?

A force d'obstination et d'innombrables heures de travail, la Peugeot 203 Cabriolet "RG" est revenue à la vie en 2018. Exposée dans le cadre du Festival du véhicule ancien de Mulhouse, elle a également rejoint les rangs du salon Grand Basel, dans la cité suisse, en septembre dernier. Si son restaurateur et actuel propriétaire compte bien continuer à ressortir le fruit du travail de son père, et du sien, sur les routes à son volant encore un temps, il se prépare à la vendre d'ici quelques années.

Pour l'anecdote, cette voiture fut également de sortie pour le mariage du fils de Gérard Dillmann, un certain Tom Dillmann, pilote de calibre international, et aujourd'hui acteur du championnat électrique de Formule E. L'histoire familiale se poursuit...