Les résultats commerciaux seraient la cause de ce départ pratiquement d'ores et déjà acté.

Présent depuis plus de dix ans en France et en Europe, Infiniti n'a jamais vraiment réussi à se faire une place sur le marché des véhicules premium. Avec 945 ventes dans l'Hexagone en 2018, dont plus de la moitié de Q30, la firme asiatique vit dans l'ombre des plus grands, à commencer par son rival numéro un : Lexus. Il faut dire qu'Infiniti n'a jamais vraiment misé sur l'Europe. La priorité reste et restera l'Amérique du Nord et notamment les États-Unis où il s'est écoulé plus d'un million de voitures depuis son implantation sur le marché en 1989. Pourtant, Carlos Ghosn avait des ambitions pour Infiniti sur le Vieux Continent. L'ancien dirigeant de l'Alliance prévoyait environ 25'000 ventes par an en Europe au bout de cinq ans, puis entre 30'000 et 40'000 avec le lancement de la Q30. Aujourd'hui, les résultats dépassent à peine les 8000 unités annuelles vendues en Europe et les résultats pour 2018 ne sont pas bons puisque la marque a écoulé environ 6000 voitures en 2018.

Pourtant, il y avait de l'espoir, d'une part avec la Q30 qui partage sa plateforme avec la Mercedes Classe A, mais aussi avec l'arrivée du QX50, un SUV du même segment que les Audi Q5, Mercedes GLC et autres BMW X3. Malheureusement, celui-ci ne devrait peut-être jamais fouler le continent européen malgré une arrivée prévue à la fin de l'année 2019. Pour ne rien arranger, Roland Krüger, qui avait pris les rênes de la marque en 2014, a quitté ses fonctions il y a peu. Ce dernier, qui était pourtant reconnu pour ses performances régulières dans le milieu de l'automobile premium, était peu apprécié de ses équipes d'après les informations relayées par nos confrères de chez autoactu.com.

Le retrait d'Infiniti en Europe a toujours été une éventualité. À l'époque où Carlos Ghosn dirigeait encore le navire, il ne se passait pas une semaine sans qu'il se demande si la présence de la marque en Europe était légitime. Dans une période où l'Alliance est en crise, où Nissan Europe se porte assez mal, où les réglementations européennes sont de plus en plus drastiques concernant le CO2 et où le Brexit se met en place (l'Infiniti Q30 est fabriquée en sein de l'usine de Sunderland, au Royaume-Uni), tous les indicateurs semblent nous montrer qu'une sortie d'Infiniti du marché européenne pourrait être une décision prise incessamment sous peu. Une décision que pourrait prendre Christian Meunier, le nouveau patron de la marque. Infiniti pourrait donc se recentrer sur d'autres régions plus fructueuses, d'autant plus que les ventes mondiales ne se portent pas si mal puisqu'elles s'établissent à 246'492 unités en 2018, soit une hausse de 7 % par rapport à 2017 et une huitième année consécutive de hausse.

Source : autoactu.com