Une créature hybride de légende !

Au début de la décennie qui s'achève bientôt, les supercars hybrides étaient en plein boom, notamment avec l'arrivée en 2013 de la McLaren P1, de la Porsche 918 Spyder et de la Ferrari LaFerrari. Chez Lamborghini, la riposte s'organise et l'année suivante, la marque dévoile l'Asterion, un concept-car hybride rechargeable. Dans la mythologie grecque, Asterion est l'autre nom du Minotaure, créature hybride à tête de taureau. Ce dernier étant l'emblème de Lamborghini, le nom est particulièrement bien choisi.

Le nom de code de ce concept est LPI 910-4, ce qui veut dire 'longitudinale posteriore ibrido' et fait référence aux 910 chevaux et 4 roues motrices de la bête. Plus précisément, on retrouve comme base de moteur le V10 FSI de 5.2 litres développant 610 chevaux, déjà utilisé dans la Huracán. La marque lui a couplé trois moteurs électriques situés à l'avant, développant 100 chevaux chacun. Comme de nombreux véhicules hybrides rechargeables, l'Asterion peut faire 50 km et grimper à 125 km/h en tout électrique.

Lamborghini Asterion
Lamborghini Asterion
Lamborghini Asterion
Lamborghini Asterion
Lamborghini Asterion

Du côté des chiffres, la puissance de 910 chevaux et le couple pouvant atteindre 720 Nm permettent à la bête d'abattre le 0 à 100 km/h en 3 secondes et d'atteindre 320 km/h en vitesse de pointe. La consommation en cycle NEDC est annoncée par Lamborghini à 4,1 l/100 km, et les émissions de CO2 sont notées à 98 g/km. Le tout est animé par une boîte de vitesses séquentielle à double embrayage à sept rapports, et la voiture offre également un freinage régénératif.

'

Le design ne trompe pas, on retrouve l'ADN de Lamborghini, mais le designer Filippo Perini a conféré à l'Asterion un style néo-rétro, notamment grâce aux portières à ouverture en élytre. À noter que Perini n'est autre que le père des Lamborghini Aventador, Urus, ou encore Veneno. Mais outre ses réalisations chez Lamborghini, il a aussi dessiné l'Alfa Romeo 8C Competizione ou encore l'Italdesign DaVinci, présentée cette année à Genève.

Comme l'Estoque avant elle, sortie également de l'imaginaire de Filippo Perini, l'Asterion sera hélas oubliée et subira la concentration de Lamborghini sur l'Urus, dont le concept est présenté la même année, et qui deviendra le véritable fer de lance de la marque. Par la suite, Lamborghini avouera se concentrer davantage sur du 'zéro émission', et les modèles concernés par l'hybridation enterreront le maigre espoir de voir l'Asterion finalement déclinée sur les routes.