La crise des gilets jaunes et les 80 km/h avaient coûté cher !

Le deuxième semestre de l'année 2018 avait été très rude pour les radars automatiques postés en bord de route. Entre le passage des routes à 80 km/h le 1er juillet 2018 et la crise des gilets jaunes à la fin de l'automne, le parc des radars avait été largement dégradé. Officiellement, 60 % d'entre eux ne fonctionnaient plus, mais il a été dit que ce pourcentage est monté jusqu'à 75 %, soit les trois quarts des radars installés en France.

Christophe Castaner a déclaré que "l'essentiel des radars sont opérationnels" pour l'été et ses forts trafics. En réalité, c'est un peu plus complexe que cela puisque nombre de ces machines sont encore recouvertes ou dégradées. Mais c'est bien avant tout sur les axes principaux des départs en vacances que les radars ont été changés en priorité : "L'essentiel des radars sur les routes principales pratiquées dans l'axe de mobilité des vacances sont opérationnels", a précisé le ministre de l'Intérieur à l'issue d'une séance du Conseil national de sécurité routière (CNSR).

"Nous avons commencé à remplacer des radars détruits, nous poursuivrons cela. Beaucoup de radars ont été remis en état de fonctionnement", poursuit-il, précisant le chiffre des trois quarts du parc endommagés, avec "près de 1000 radars fixes détruits et, au plus fort de la crise, 75 % du parc endommagé". Selon lui, ces remplacements s'effectuent par "des radars modernes, perfectionnés, capables de constater les feux non respectés, mais aussi l'usage du téléphone au volant", alors que la Loi d'orientation des mobilités (LOM) prévoit un durcissement des sanctions pour les conducteurs se servant de leur portable.

Le retour à 90 km/h sur certains tronçons concernés l'année dernière par la baisse est également au centre des débats, mais Christophe Castaner reste dans l'optique lancée par le premier Ministre Édouard Philippe l'année dernière et assure qu'il voit cela comme une erreur, appelant les élus à la "responsabilité de décider que cette augmentation de vitesse certes fera plaisir à quelques-uns, certes permettra de faire gagner une seconde par kilomètre, mais pourra aussi causer la mort de quelqu'un".

'