Le constructeur italien est contraint de fermer ses usines.

On s'en doutait un peu, mais l'annonce est désormais officielle. Après Lamborghini, c'est au tour de Ferrari de stopper l'activité  de ses usines de Maranello et de Modène, en Italie. Cette décision aux lourdes conséquences financières fait suite à la propagation du coronavirus qui touche plus de 15 000 personnes en Italie et qui a entraîné la mort de plus de 1200 personnes de l'autre côté des Alpes.

Ferrari a essayé de calmer la situation et de maintenir la production de ses supercars en désinfectant ses lignes d'assemblage. Mais la situation devenait critique, et il fallait prendre une décision radicale afin de se protéger. Ainsi, les salariés n'auront plus à travailler jusqu'au 27 mars, Ferrari espère qu'après cette date la production reprendra de plus belle. Le constructeur assure que ses employés seront tout de même rémunérés pour les jours non travaillés. 

Dans son communiqué de presse, la marque explique que le coronavirus impacte fortement sa chaîne d'approvisionnement. Ses fournisseurs du monde entier ne sont plus en mesure de livrer à temps les éléments nécessaires, ce qui grippe la production des supercars. Ferrari n'a d'autres choix que de baisser les rideaux et d'attendre que la situation revienne à la normale avant de relancer la production. Ferrari espérait augmenter ses ventes et son chiffre d'affaires 2020. Avec un arrêt aussi long que brutal, les prévisions du constructeur pourraient avoir du plomb dans l'aile. 

Source: Bloomberg