À la fin des années 1990, cet exercice de style imaginait la future berline de luxe.

Même si ça ne paraît pas si loin que ça dans le temps, on y réfléchissant un peu, l'année 1999 semble presque remonter à la préhistoire : nous n'avions pas de smartphones, il n'y avait pas Internet dans la plupart des maisons, nous vivions dans la crainte du "bug de l'An 2000"...

Bien sûr, si l'on s'en réfère au milieu automobile, c'était pareil : les moteurs diesel et les monospaces étaient à la pointe de la tendance, la technologie numérique n'avait pas encore débarqué en force et quand on pensait aux voitures électriques, il ne s'agissait que de prototypes jamais censés atteindre la production.

Toutefois, certaines tendances se dessinaient dans le secteur. Comme l'intention de Volkswagen d'avoir sa propre berline de luxe dans sa gamme, chose qui était réservée à Audi au sein du groupe Volkswagen lui-même, avec l'A8 et son tout nouveau concept de construction légère Audi Space Frame.

Galerie: Volkswagen Concept D (1999)

C'était l'un des souhaits de Ferdinand Piëch, alors à la tête du groupe et président du conseil d'administration, qui était déterminé à voir Volkswagen montrer toute sa puissance, avec un modèle capable de lutter contre les berlines de luxe d'Audi, de BMW et de Mercedes-Benz.

La légende (ou peut-être la réalité) indique que Piëch lui-même a donné une liste avec des instructions claires à ses ingénieurs, précisant tout ce qu'il voulait, ainsi que 10 paramètres que le futur modèle devrait respecter.

Selon certaines sources, la voiture devait notamment pouvoir rouler pendant une journée à 300 km/h, sans interruption, même si la vitesse était limitée à 250 km/h sur le modèle de série. C'est le niveau que la futur Phaeton devait atteindre...

Et justement, cette histoire de la Phaeton, qui sera finalement lancée en 2002, a débuté avec le Concept D, notre "Concept oublié" du jour, qui a été présenté au salon de l'automobile de Francfort en 1999.

On pouvait y découvrir un modèle vraiment élégant, synonyme d'une certaine qualité, mais avec un design un peu plus décontracté que le véhicule final. Il suffit de regarder à l'arrière pour découvrir des lignes beaucoup moins "strictes" que celles de l'avant. Avec le recul, on pourrait même se dire que si la Phaeton était arrivée sur le marché en conservant les lignes de coupé 4 portes du Concept D, elle aurait peut-être devancé la Porsche Panamera - et connu un plus grand succès commercial.

Volkswagen Concept D (1999)

Ce concept avec sa carrosserie à quatre portes, mesurait 4995 millimètres de long, 1874 de large et 1440 de haut. Il avait des phares au xénon "flottants", des jantes en alliage de 19 pouces, une peinture bleue Du Pont... Sans oublier les poignées de porte affleurantes, tellement à la mode de nos jours ! 

À l'intérieur, le cuir, l'Alcantara, le bois et l'aluminium sont de la partie, tandis qu'un système multimédia avec un affichage numérique et un navigateur a été intégrés. 

Volkswagen Concept D (1999)
Volkswagen Concept D (1999)

Côté motorisation, sous le capot, il y avait un autre des "joyaux" préférés de Piëch, le moteur 5.0 TDI, un V10 à injection directe (injecteur-pompe), qui, selon les informations de l'époque, disposait "d'un système de suralimentation intercooler biturbo à géométrie variable électriquement".

Au total, il développait 313 ch à 4000 tr/min et un couple maximum de 750 Nm, à partir de 2000 tr/min. L'ensemble était complété par un système de transmission intégrale et la transmission automatique Tiptronic de l'époque. Mais l'option d'accueillir sous le capot un W12 était déjà envisagée... Ce qui sera effectivement le cas sur la Phaeton de série !

Voici donc le Concept D de Volkswagen, le prototype qui nous a montré à quoi ressemblerait la future Phaeton arrivée en 2002, un modèle beaucoup plus sérieux, conforme à ce qui est demandé à une berline de luxe, qui a été vendue jusqu'en 2016, et qui n'aura jamais connu le succès.