La chute vertigineuse des marchés automobiles inquiète toute l'industrie.

Tout va mal ! En plus de provoquer une crise sanitaire, le coronavirus entraîne une crise économique et financière. L'industrie automobile n'est bien entendu pas épargnée par ce virus, loin de là. Les résultats du mois de mars 2020 viennent de tomber, et ils sont loin d'être glorieux. À vrai dire, on s'y attendait un peu, mais ils sont bien pire que ce que l'on imaginait.

Que ce soit en France ou ailleurs dans le monde, l'industrie automobile souffre et les constructeurs commencent sérieusement à s'inquiéter, même les grands groupes, en activité depuis des décennies. 

Le mois dernier en France, le marché automobile a connu la pire chute de son histoire. En effet, les immatriculations des voitures neuves ont chuté de 70,95 %, et ce n'est pas un cauchemar, mais bel et bien la réalité que personne ne pouvait prédire. Les immatriculations de Peugeot ont baissé de 70 %, Opel ne fait pas mieux avec un plongeon de 85 % ! Citroën et DS voient leurs immatriculations baisser de 75 % et 37,5 %. Renault n'est pas épargné par cette crise du coronavirus. Ses immatriculations ont baissé de 68,5 %, dans le même temps, Dacia essuie une chute de 80 % et Alpine de 82 %. Chez les constructeurs allemands, ce n'est pas mieux, puisque BMW plonge de 68 %, Audi de 76 %, Mercedes- Benz de 65 % et VW de 81 %.

Le marché allemand n'est lui aussi pas épargné par cette baisse historique, puisque de l'autre côté du Rhin, le marché baisse de 37,7 %. Il résiste mieux à la crise que le marché français, mais cela n'empêche pas de plomber les comptes des constructeurs. BMW est très inquiet de la situation. Son patron, Oliver Zipse, a estimé que cela peut représenter "un danger existentiel même pour les grands groupes". Aucun groupe ni constructeur ne ressortira indemne de cette crise, ainsi, l'objectif est désormais de limiter la casse. 

Les usines sont à l'arrêt, les constructeurs ne produisent plus aucun véhicule. De plus, les voitures commandées par les clients ne peuvent être livrées, sans oublier que les concessions sont toutes fermées, il est donc impossible de redémarrer la machinerie. Près de la moitié de la population mondiale est confinée chez elle, l'industrie automobile retrouvera peut-être un peu d'espoir une fois que le déconfinement sera prononcé. En Chine par exemple,  berceau du virus, la production automobile a déjà repris à 90 % après un arrêt net des usines dû à la pandémie. En Europe, nous devrions vivre le même scénario, mais cela prendra encore des semaines voire des mois.