Au total, 400 emplois temporaires vont être supprimés au sein de l'usine d'Oxford, en Angleterre.

La crise sanitaire qui secoue le monde actuellement continue de faire des dégâts, notamment au sein de l'industrie automobile. Ainsi, BMW va supprimer 400 emplois temporaires dans son usine fabriquant la Mini à Oxford, Royaume-Uni. Ces suppressions de postes sont la conséquence d'une baisse de la demande causée par la pandémie.

Suite à une baisse "substantielle" de la demande pendant le confinement, le groupe allemand a été contraint de réduire la cadence de travail dans cette usine selon une déclaration transmise mercredi 26 aout 2020 à l'AFP.

Nous apprenons ainsi que BMW va passer de trois à deux vacations mi-octobre tout en continuant à fonctionner cinq jours par semaine. Cette action contraint le groupe à supprimer 400 postes temporaires sur 950. L'usine emploie environ 4000 personnes et a produit plus de 200'000 Mini l'année dernière. Les emplois temporaires ne sont pas les seuls concernés, BMW va réduire également ses effectifs hors intérimaires. Seul un "petit" nombre de salariés sera concerné, via des départs volontaires ou des retraites anticipées

"Comme d'autres constructeurs automobiles, nous avons dû revoir nos prévisions de volumes pour 2020. Nous avons donc pris la décision difficile d'ajuster notre rythme de travail à l'usine Mini d'Oxford à partir d'octobre", précise Bob Shankly, directeur des ressources humaines. "Cela nous donnera la flexibilité dont nous avons besoin pour adapter notre production à court et moyen terme selon les développements sur les marchés internationaux".

Le Royaume-Uni est particulier pour BMW puisque c'est le seul pays au monde où il possède des sites industriels, depuis le début des années 2000, pour ses trois marques, à savoir BMW, Mini et Rolls-Royce. Outre l'usine d'Oxford, il produit les carrosseries de la Mini à Swindon, des moteurs de BMW à Hams Hall et des Rolls-Royce à Goodwood. Le groupe emploie directement environ 8000 personnes dans le pays, auxquelles s'ajoutent 14'000 emplois supplémentaires dans son réseau de concessionnaires.

Pour mémoire, BMW a déjà dévoilé 6000 suppressions de postes en 2020 dans le groupe. Il est loin d'être le seul à annoncer des réductions d'effectifs au Royaume-Uni. Des milliers de suppressions d'emplois ont déjà été annoncées dans le secteur dans le pays avec des plans sociaux chez Jaguar Land Rover, Aston Martin, Bentley ou encore McLaren. Au total, l'industrie automobile britannique risque de perdre un emploi sur six, soit environ 25'000 postes, en raison de la crise économique engendrée par la pandémie.