Un jour, Chevrolet a eu l'idée de construire un break trois portes à partir de la Corvette. Voici l'histoire de la Chevrolet Nomad.

Aujourd'hui, des breaks puissants comme l'Audi RS 6 Avant, la Mercedes-AMG E 63 et la très attendue BMW M3 Touring sont très appréciés. En Europe, ce segment n'est devenu célèbre que depuis le milieu des années 1990 avec l'Audi RS 2 Avant.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'industrie automobile américaine a commencé à se développer rapidement et, en raison de la croissance du marché et de la forte concurrence, les entreprises ont été obligées de procéder à un restylage chaque année et de renouveler leur gamme tous les deux ou trois ans.

Cette évolution rapide et continue a nécessité une recherche permanente de nouvelles solutions d'ingénierie et de conception susceptibles d'attirer les clients d'une manière ou d'une autre. Vers les années 1950, en effet, les trois grands constructeurs que sont General Motors, Ford et Chrysler, proposaient constamment des concepts qui, selon la réaction des acheteurs potentiels, étaient alors destinés ou non à la production de masse.

Chevrolet Nomad

La naissance de la Nomad

Suivant cette tendance, les dirigeants de GM ont organisé leur propre salon automobile annuel appelé Motorama. La première a été inaugurée en 1953 et parmi les nouveaux produits exposés figurait le prototype de la Corvette Chevrolet de première génération. La Nomad est un dérivé de la Corvette. C'est un break à trois portes basé sur la Corvette standard, avec une carrosserie en fibre de verre, des phares et quelques éléments décoratifs.

Cependant, la partie supérieure de la carrosserie a été complètement redessinée. Au lieu du capot classique de la Corvette deux places, elle a été dotée d'un toit rigide avec de minces piliers qui permettent de maximiser les surfaces vitrées.

À l'arrière, en revanche, il y avait de la place pour une troisième porte qui garantissait l'entrée des trois autres personnes. Pour cette raison, les tuyaux d'échappement, qui sur le roadster original étaient situés directement sous le coffre, ont été déplacés ici sur les côtés de la carrosserie, derrière les passages de roues.

Chevrolet Nomad

Tout a commencé avec la Corvette

Prenons un peu de recul : plusieurs années auparavant, le designer Harvey Earl avait proposé un projet de roadster compact à Ed Cole, qui allait devenir plus tard le PDG de General Motors. Le programme appelé "Projet Opel", visait à créer un modèle qui défierait les voitures de sport européennes à deux portes. Il a donné naissance à la Chevrolet Corvette.

Par la suite, Earl avait commencé à travailler sur des variantes de la Corvette, l'une d'entre elles était précisément la Nomad. Cependant, et pour plusieurs raisons, le break n'est pas entré en production sous sa forme initiale. 

Chevrolet Nomad

Malgré l'attrait réel de la Corvette pour le public, les premières voitures de série ont souffert de problèmes d'infiltration au niveau du toit, d'ouverture spontanée des portières pendant la conduite, et d'autres défauts. La Corvette était considérée comme étant de mauvaise qualité. Au début, elle était assemblée à la main, c'est aussi pour cette raison qu'il y avait quelques différences parmi les premiers exemplaires. 

De plus, à la conduite, la Corvette n'était pas surprenante. La poussée du 6 cylindres en ligne, associé uniquement à une transmission automatique, n'était pas suffisante pour faire de ce modèle une véritable voiture de sport. Et avec un prix deux fois plus élevé que celui de ses concurrentes européennes, la demande pour la Corvette a rapidement diminué, mettant en doute l'avenir du modèle.

À ce stade, le projet de la Nomad a été mis en veilleuse. Cependant, quelques années plus tard, lorsque Ford a lancé la Thunderbird, GM a décidé de conserver la Corvette dans la gamme Chevrolet afin de ne pas laisser le champ libre à ses rivaux.

Chevrolet Nomad

Production en série de la Nomad

La présentation officielle du break Chevrolet Nomad a eu lieu la même année, en 1955, mais les ingénieurs avaient entre-temps choisi une autre base pour développer cette voiture familiale, en passant de la Corvette, peu fiable, à la Bel Air, beaucoup plus traditionnelle, qui était le modèle phare de la marque à l'époque.

La Nomad finale a donc perdu l'image sportive du concept tout en conservant le design distinctif du toit, l'intérieur à six places et, bien sûr, la carrosserie à trois portes. De plus, la version de production était dotée d'un moteur V8, ce que le prototype n'avait pas, et de toutes les références pour contrer le coûteux Ford Country Squire, son principal rival.

Malheureusement, pendant les trois années où la première génération était sur le marché, la Chevrolet Nomad n'a pas été populaire, ne se vendant qu'à 20'000 exemplaires entre 1955 et 1957. En 1958, la Nomad a été réintroduite dans la gamme Bel Air en version plus grande avec finalement 5 portes.

Le nom a ensuite été repris dans la version de base de la Chevrolet Chevelle, une voiture de taille moyenne, et est réapparu plus tard pour distinguer la gamme des compactes Vega et des Chevrolet Vans. GM a aussi tenté à plusieurs reprises, au fil du temps, de faire revivre la Nomad en tant que modèle à part entière.

Chevrolet Nomad

Une nouvelle vie après 20 ans

En 1979, une toute nouvelle Chevrolet Nomad a fait son apparition (voir ci-dessous), mais sans grand succès. Puis l'entreprise a décidé de revenir à ses racines : à la fin des années 1990, un concept de break à trois portes basé sur la Camaro de quatrième génération a été présenté, et quelques années plus tard, un modèle similaire construit sur la plate-forme du roadster compact Pontiac Solstice a été dévoilé.

Ce projet n'est jamais passé au stade de production, de sorte que le nom Nomad dans la gamme Chevrolet reste vacant à ce jour. Il est possible que General Motors s'en souvienne encore, bien qu'aujourd'hui il semble peu probable que nous revoyions un jour un break à trois portes.

Galerie: Chevrolet Nomad

Galerie: Chevrolet Nomad