Dans le cadre de son plan d'entreprise "The Arc", Nissan souhaite rafraîchir sa gamme au cours des trois prochaines années en lançant 30 nouveaux modèles. Seuls 16 d'entre eux seront des véhicules hybrides et électriques, les 14 autres étant uniquement propulsés par des moteurs à combustion interne. La vidéo du teaser, jointe ci-dessous, présente les silhouettes ombragées de la plupart des futures voitures. Nous en avons compté 25, il semblerait donc que Nissan cache cinq de ses futurs produits.

L'Arc se compose de plusieurs stratégies régionales, notamment pour les États-Unis et le Canada, où Nissan a l'intention d'introduire sept nouveaux modèles. Rien qu'aux États-Unis, l'objectif est de redynamiser 78 % de la gamme de voitures particulières et d'introduire des hybrides rechargeables ainsi que des modèles e-Power. Ces derniers font référence à un groupe motopropulseur doté d'un moteur à combustion qui sert de générateur pour produire de l'énergie destinée à une batterie qui alimente un moteur électrique. Pour des modèles tels que le Qashqai, le moteur thermique n'est pas relié aux roues, ce qui s'apparente à ce que fait Mazda avec le moteur rotatif de la MX-30.

Teaser de la future gamme Nissan

Nissan reste très discret sur sa gamme de 30 modèles, mais il semble qu'elle s'appuie fortement sur les crossovers et les SUV. Une surprise, n'est-ce pas ? Nous avons pris des captures d'écran de chacun d'entre eux. Nous pouvons apercevoir la Renault 5 rebadgée ainsi qu'un pick-up, qui est probablement le véhicule d'une tonne destiné à l'Océanie mentionné dans le communiqué de presse. Cinq nouveaux SUV sont prévus pour le Moyen-Orient et deux autres pour l'Afrique, où une voiture à essence du segment A est également prévue. En Europe, il est prévu d'introduire six nouveaux modèles et de porter à 40 % la part des VE dans les ventes.

Au Japon, Nissan souhaite rafraîchir 80 % de son portefeuille et lancer cinq nouveaux modèles pour que les hybrides et les VE représentent 70 % de la gamme. En Chine, il y aura huit véhicules hybrides et électriques, mais seulement la moitié d'entre eux porteront l'emblème de Nissan. À l'échelle mondiale, les véhicules électrifiés devraient représenter 40 % de la gamme de modèles d'ici 2026-2027 et atteindre 60 % à la fin de la décennie.

Par ailleurs, Nissan souhaite réduire les coûts de production des VE de 30 % par rapport à l'Ariya actuelle et espère atteindre la parité des coûts entre les moteurs à combustion interne et les véhicules électriques d'ici à 2030. Nissan travaille également sur des batteries au lithium nickel manganèse cobalt (NCM) améliorées, dont la vitesse de charge et la densité énergétique sont supérieures de 50 % à celles de l'Ariya. En outre, des batteries au phosphate de fer lithié (LFP) sont en cours de développement afin de réduire les coûts de 30 % par rapport à la voiture Sakura EV kei. Parallèlement, les ingénieurs travaillent sur ce que beaucoup considèrent comme le Saint-Graal des batteries : les batteries à l'état solide, dont l'arrivée est prévue pour 2028 ou 2029.

Le plan d'entreprise de l'Arc ne contient aucun détail sur une éventuelle collaboration entre Nissan et la startup en difficulté Fisker. Au début du mois, Reuters a rapporté que les deux entreprises étaient en "pourparlers avancés" en vue d'un rapprochement, Nissan pouvant investir 400 millions de dollars dans la plateforme de pick-up de Fisker. Selon l'agence de presse, Nissan pourrait assembler le pick-up Alaska aux États-Unis à partir de 2026. Nous savons que Nissan discute avec Honda d'un éventuel partenariat dans le domaine des véhicules électriques.

La fin de la mythique GT-R ? 

La remplaçante tant attendue de la GT-R n'est pas mentionnée pour l'instant. Des rumeurs rapportent que la GT-R 2025 récemment lancée au Japon sera la dernière année modèle de la R35. Nissan a laissé entendre que le concept Hyper Force purement électrique pourrait entrer en production d'ici la fin de la décennie.