Il y a quelques jours, on apprenait que les Seat Ibiza et Arona allaient toutes deux bénéficier de restylages afin de rester en lice dans leurs segments respectifs. De même, il semble que la Leon et l'Ateca bénéficieront d'une mise à jour technologique, ce qui signifie que la marque espagnole poursuivra son chemin jusqu'en 2035, année où la vente de véhicules 100 % thermiques sera interdite. 

Maintenant, imaginez si en plus des SUV et des modèles compacts, la marque espagnole disposait d'un véhicule différent. On ne parle pas d'une pure voiture de sport (mais on aurait rien contre, bien au contraire), mais d'un beau coupé. X-Tomi Design, spécialiste de l'illustration d'images, a créé ce rendu, il y a un an, basé sur l'Audi A5 Coupé, et le résultat semble vraiment réussi (voir photo principale).

Galerie: Audi A5 Coupé 2023

Souvenirs de la Bolero

Si cette voiture de niche voit le jour, elle ne générerait pas beaucoup de ventes, mais elle augmenterait la notoriété de la firme de Martorell et serait un magnifique hommage au prototype Bolero, présenté au Salon de Genève en 1998. 

Si votre mémoire est bonne, il s'agissait d'une berline coupé à quatre portes avec un moteur V6 biturbo de 2,8 litres développant 330 ch et une transmission automatique à convertisseur de couple Tiptronic à six vitesses. Cette voiture à transmission intégrale permanente avec différentiel central Torsen atteignait le 0 à 100 km/h en 5 secondes et une vitesse de pointe de plus de 270 km/h !

Galerie: SEAT Tango, Salsa, Bolero concepts

Un coupé "économique"

En ce qui concerne un potentiel coupé moderne de Seat, il pourrait utiliser les mêmes moteurs que l'A5 elle-même, y compris les diesels TDI pour ceux qui n'arrêtent jamais de voyager et recherchent un compromis parfait entre performances et économie de carburant. 

Bien sûr, il existerait d’autres options telles que les hybridation légère, ainsi que des variantes à traction avant et à transmission intégrale 4Drive. Une voiture pareille aurait sans aucun doute un fort impact dans les médias et auprès des consommateurs. Alors, peut-on rêver ?