On les connaît, mais d'une certaine manière, pas vraiment non plus. Il ne s'agit pas de nos propres voisins, mais de voitures qui sont restées si discrètes que seuls les fans inconditionnels en ont encore des souvenirs aujourd'hui. De tels modèles n'ont pas forcément été des flops, mais ils sont passés sous le radar des acheteurs de voitures ordinaires. Mais vous souvenez-vous de celle-là ?

Après le rachat par Fiat, de nombreux fans estiment que la marque Lancia a perdu de son charme. Les modèles de classe moyenne des années 1980 et 1990 en particulier le manifestent par des plates-formes communes au groupe et un design assez quelconque.

Galerie: Lancia Dedra (1989-2000)

Tout cela culmine dans la Lancia Dedra (type 835), longue de 4,34 mètres, qui sort des chaînes de production de 1989 à 1999. À l'origine, elle devait soutenir la Prisma et la remplacer plus tard. La Dedra peut être considérée comme la version berline de la deuxième génération de la Delta, qui sera lancée quatre ans plus tard, en 1993.

Techniquement, le coupé Fiat a le plus de points communs avec la Lancia Dedra, suivie de près par la Fiat Tempra et la Lancia Delta II. Le projet d'Ercole Spada d'I.D.E.A se traduit par un excellent coefficient de résistance à l'air de seulement 0,29.

Afin de donner au groupe Fiat des avantages en termes de coûts, la Dedra est basée sur une plate-forme appelée Fiat Tipo Tre. Elle constitue la base de trois véhicules différents avec trois thèmes distincts : L'élégance pour la Lancia Dedra (1989), le confort à un prix compétitif pour la Fiat Tempra (1990) et la sportivité sous la forme de l'Alfa Romeo 155 (1992).

Première en avril 1989

En avril 1989, Lancia présente la Dedra avec les moteurs 1.6, 1.8, 2.0 et 1.9 tds, et au tout début de l'année 1990, la berline arrive sur le marché avec un prix fixé à environ 13 000 euros. La presse loue la bonne utilisation de l'espace et la finesse des marquages intérieurs. Le coffre peut contenir 480 litres de bagages mais les moteurs ne fournissent pas de points forts particuliers et se révèlent être trop discrets.

Lancia Dedra (1989-2000)

Lancia Dedra Integrale

En 1991, la Dedra Integrale est lancée sur le marché. Elle utilise un moteur et une transmission similaires à ceux de la Delta Integrale 8v. Il s'agit d'un quatre cylindres de 2,0 litres avec injection d'essence et double arbre à cames, équipé d'arbres d'équilibrage contrarotatifs, d'un intercooler et d'un turbocompresseur Garrett T3. C'est suffisant pour produire 124 kW (169 ch) avec un catalyseur.

La Dedra Integrale est également équipée du nouveau système de contrôle de la traction Visco Drive 2000 et de la suspension à commande électronique, disponible en option sur les versions 2.0 et supérieures. L'équipement correspond en grande partie à celui de la Dedra LX, avec quelques modifications comme des sièges plus rembourrés et un volant sport. L'Integrale est livré avec une transmission intégrale, 56 % de la puissance étant concentrée sur l'essieu avant. Cette dernière est également équipé de série d'un aileron arrière qui améliore la stabilité à haute vitesse.

En même temps que l'Integrale, une version à deux roues motrices et moteur turbo (Dedra 2000 turbo) est lancée sur le marché ; elle a un peu moins de puissance afin de ne pas surcharger le châssis. Cette version bénéficie également du système Visco Drive 2000, qui devient nécessaire pour éviter le patinage des roues. Le moteur turbo à traction avant est non seulement plus léger, mais aussi légèrement plus bas.

Lancia Dedra (1989-2000)

Lancia Dedra Cockpit

Un cockpit numérique d'un autre genre

Le châssis à régulation électronique (réglage de l'amortissement par ordinateur entre souple et ferme, selon la route et la situation de conduite), disponible en option, est exceptionnel dans la gamme Dedra, tout comme le tableau de bord numérique (optoélectronique). Il présente des affichages ronds classiques avec une technique numérique verdâtre. Au cours du cycle de production, ces possibilités d'équipement seront progressivement supprimées des listes d'accessoires ou de l'équipement de série.

Malgré tout, la Dedra ne rencontre pas un grand succès en dehors de l'Italie. Un lifting important en 1993 ne contribue guère au succès des ventes et, un an plus tard, toute la gamme de produits Lancia, y compris la Dedra, est retirée des marchés pour conducteurs à droite. La voiture, développée par le carrossier français Heuliez (et qui est également vendue en version break à partir de 1994), ne reste populaire que sur le marché italien.

Lancia Dedra (1989-2000)

Lancia Dedra berline et break après le restylage de fin 1997

Un grand lifting juste avant la fin

En décembre 1997, une grande mise à jour du modèle (série III) apporte un nouveau moteur à essence (1,6 16V) et un nouvel essieu avant (comme dans la Fiat Marea, Bravo, Brava et Coupé). Les feux arrière sont maintenant entièrement rouges, les phares et les clignotants avant teintés en noir. La Lancia Delta II (836) offre un tableau de bord. De plus, il y a de nouvelles roues en alliage léger, des pare-chocs peints et d'autres retouches extérieures, mais toujours pas d'airbag passager ou d'ESP.

De nouvelles couleurs sont disponibles pour la carrosserie et l'intérieur. La direction assistée et la suspension sont améliorées afin d'optimiser la maniabilité mais la nouvelle caractéristique de la Lancia Dedra est le moteur 1.6 Torque de 103 ch. Celui-ci remplace l'ancienne version, de 90 ch, et apporte une puissance beaucoup plus vive.

Au total, Lancia a construit 418 084 Dedra en un peu plus de dix ans. En septembre 1999, la Lancia Lybra est lancée comme successeur de cette dernière. Comme la Dedra, elle était disponible en berline à hayon et en break.