Tout le monde aime le Dacia Duster. Et ce, depuis 2010 déjà, date à laquelle la première génération du modèle a été lancée sur le marché. Un SUV à un prix abordable et un best-seller qui a été construit à plus de deux millions d'exemplaires.

Si l'on considère la troisième génération récemment lancée, ce chiffre devrait encore augmenter de manière significative. Ce que peu de gens savent, en revanche, c'est que le Duster de 2010 était certes le premier modèle de la gamme de SUV de Dacia, qui s'est poursuivie jusqu'à aujourd'hui, mais pas la première voiture portant le nom de Dacia Duster. De 1985 à 1993, l'ARO 10 4×4 a été exporté en Grande-Bretagne sous le nom de Dacia Duster.

ARO ? Qu'est-ce que c'est ?

En 1957, l'entreprise "Auto Romania" (d'où l'abréviation) a été le premier constructeur automobile roumain (Dacia a suivi en 1966) à se lancer dans la production de véhicules tout-terrain. Elle a commencé par construire des versions améliorées du GAZ-69 soviétique, la plus connue étant le M 461 de 1964, qui a également été importé en RDA. Comme l'écrivent Eberhard Kittler et Michael Dünnebier dans leur livre "Kraftfahrzeuge der DDR" (Véhicules automobiles de la RDA), 4 150 unités ont été fabriquées à partir de 1969. ARO a vendu 53 000 véhicules du type M 461 et de ses évolutions dans le monde entier.

Avec l'ARO 240, une nouvelle carrosserie a vu le jour au début des années 1970, à nouveau avec une bâche. L'essieu arrière était un essieu rigide avec des ressorts à lames longitudinaux et des amortisseurs inclinés, tandis qu'à l'avant, il y avait une suspension à roues indépendantes avec des bras transversaux doubles, des ressorts hélicoïdaux et des amortisseurs disposés verticalement. Le châssis se caractérisait également par une direction à vis sans fin et un système de freinage à tambour.

Le moteur Otto à quatre cylindres de 2,5 litres refroidi par eau développait 75 ch et était équipé d'un carburateur à flux descendant sous licence Weber. La charge utile était de 680 kg pour une masse à vide de 1520 kg, la vitesse maximale était de 113 km/h. Un peu plus de 4 700 véhicules, dont 2 000 diesels, auraient été importés en RDA.

ARO 10 (1980-2006)

ARO 10 (1980-2006)

La série ARO-24 a eu un "petit frère" en 1980, la série ARO-10. Longue de 3,91 à 4,81 mètres selon la carrosserie, la 10 avait des composants en commun avec la Dacia 1300, du moteur à l'essieu avant, et s'inspirait de la Renault Rodéo et de la Citroën Méhari.

L'ARO 10 a été produite dans de nombreuses variantes de carrosserie, était équipée de sept moteurs différents (essence et diesel) et était proposée aussi bien en version 4x2 qu'en version 4x4. Nous en arrivons maintenant au Dacia Duster.

L'ARO 10 débarque en Grande-Bretagne

L'ARO 10 a également été vendue en Grande-Bretagne (où l'on était toujours ouvert aux voitures du bloc de l'Est) à partir de 1985 sous le nom de Dacia Duster et sur certains marchés internationaux sous le nom de Dacia 10.

Le nom Dacia a été choisi parce que les Britanniques étaient déjà familiers avec la Dacia Denem, une Renault 12 construite sous licence et lancée en 1982. En Allemagne, peu de temps après, il y eut une tentative de vendre la Dacia 1310 sur la base de la Renault 12 sous le nom d'ARO Familia.

Prospectus ARO Familia

Prospectus ARO Familia

Prospectus ARO Familia

Prospectus ARO Familia

L'histoire du Duster en Grande-Bretagne est entachée de problèmes avec les importateurs. Les projets d'introduction des véhicules dans le courant de l'année 1982 ont été stoppés lorsque les premiers importateurs ont cessé leurs activités.

Un problème s'est posé à l'automne 1990, lorsque les nouveaux importateurs ont laissé la place à une troisième entreprise, puis les importations ont cessé en 1993, apparemment définitivement. Le dernier Duster a été vendu en Grande-Bretagne en septembre 1993, mais le véhicule était toujours disponible en Roumanie et dans d'autres pays européens sous le nom de série ARO 10. Un modèle ouvert avec capote dérivé de l'ARO 10, appelé ARO Spartana, a également été produit à partir de 1997.

ARO 10 (1980-2006)

ARO 10 (1980-2006)

La dernière étape de l'évolution de la 10, produite à partir de 1999, s'appelait ARO 10 Super, avait un design légèrement remanié et était basée sur le châssis de la plus grande ARO 24. Le véhicule était disponible sur de nombreux marchés d'exportation et, en Grande-Bretagne, il était disponible sous le nom de Dacia Duster jusqu'en 2006, avant d'être abandonné. 

Comme l'écrit Hagerty, le Duster original britannique était très bon marché, avec un prix de 4 995 livres (en comparaison avec un Land Rover 90 à 8 606 livres). Mais comme le précisent nos collègues, "bon marché, oui, mais aussi moche". La qualité de fabrication était diabolique, la fiabilité hautement douteuse, et ce n'était pas un plaisir de la conduire. Avec une direction à la fois imprécise et lourde, et une boîte de vitesses difficile à manier, elle manquait de raffinement mécanique. Peut-être plus important encore, elle n'était pas particulièrement adaptée au tout-terrain avec ses petites roues de 14 pouces et sa garde au sol relativement faible".

Il n'était pas possible de dépasser les 116 km/h assourdissants, et le Duster britannique avait besoin de 22 secondes pour atteindre la vitesse de 100 km/h.

ARO 10 (1980-2006)

ARO 10 (1980-2006)

L'ARO 10 n'a pas seulement été vendu sous le nom de Dacia Duster au Royaume-Uni et sur quelques autres marchés, mais il a également porté différents noms en Italie. L'entreprise locale Ali Ciemme (ACM) y a assemblé l'ARO 10 dans les années 1980 et l'a vendue sous licence en tant qu'"Aro Super Ischia" avec le moteur à essence Renault de 1,4 litre construit par Dacia. Avec des moteurs à essence ou diesel de 1,6 litre de Volkswagen, elle a été vendue de 1987 à 1989 sous le nom d'Aro Enduro x4.

Fin 1988, un turbodiesel a été présenté. Les ventes des véhicules assemblés en Italie n'étaient pas très élevées, atteignant 2500 exemplaires en 1987 et 1800 en 1988. Les véhicules à moteur Volkswagen étaient composés à 28% de pièces roumaines, le reste étant italien et allemand. Les versions équipées du moteur Volkswagen ont également reçu un différentiel plus puissant pour faire face au couple supplémentaire.

Triste fin pour le constructeur ARO

En raison de la mauvaise situation commerciale de l'ancien institut financier roumain Bancorex, l'entreprise a connu des difficultés financières dans les années 1990. Plusieurs tentatives de privatisation de l'entreprise ont toutefois été rejetées par le gouvernement roumain.

Galerie: Dacia Duster (2024)

En 1998, un homme d'affaires américain né à Cuba, John Perez, a proposé des contrats de franchise à des concessionnaires automobiles américains. Environ 200 concessionnaires ont payé 75 000 dollars chacun pour des droits de franchise, soit 15 millions de dollars au total. Ces droits étaient proposés par une société appelée East European Imports. L'ARO était proposée comme un véhicule militaire excédentaire du Pacte de Varsovie.

Après la vente des droits de franchise, les concessionnaires ont été mis sous pression pour envoyer des chèques en espèces ou des virements bancaires afin de recevoir les véhicules, qui auraient été stockés dans un port de Floride. Les concessionnaires ont refusé et ont insisté pour payer à la livraison, ce qui a finalement conduit East European Imports à fermer ses portes.

En septembre 2003, l'État roumain a vendu 68,7 % d'ARO à Cross Lander, une société détenue par John Perez, pour 180 000 dollars. Le contrat prévoyait que l'entreprise devait investir 2 millions de dollars américains, ce qui n'a soi-disant jamais été fait. Au lieu de cela, tous les moyens de production et l'équipement d'ARO ont été vendus, en violation du contrat de privatisation. En 2006, l'État roumain a poursuivi John Perez en justice pour falsification de documents en vue de l'acquisition de l'entreprise.

Il était prévu de lancer l'ARO 244 sur le marché américain sous le nom de Cross Lander 244X, mais le financement a pris fin en février 2006. L'entreprise Cross Lander USA Inc. a licencié tous ses employés, vendu son siège social et fermé ses portes en février 2006. Le 15 juin de la même année, l'usine ARO a déposé le bilan, à la suite de quoi le domaine a été progressivement vendu à différentes entreprises.

Lors du salon de l'automobile de Genève 2009, Dacia a sorti le nom Duster de l'oubli et a présenté une étude portant ce nom. Ce qui s'en est suivi, nous le voyons encore aujourd'hui sur les routes.