Voici un demi-siècle que le sorcier AMG se penche sur les productions Mercedes.

Le meilleur moteur sportif en 2017 sous le capot du cabriolet le plus désirable du moment, cela vous tente ? C'est ce cocktail séduisant et détonnant que nous avons dégusté en prenant le volant de la sulfureuse Mercedes-AMG C 63 S Cabriolet.

Un peu d'histoire

Petit retour en arrière. Il n'y a pas si longtemps, le cabriolet de "milieu de gamme" de la firme à l'étoile se nommait Mercedes CLK. Commercialisé en 1999, il occupait un segment encore inoccupé au début des années 2000, puisque positionné sous la mythique Mercedes Classe E Cabriolet. Et déjà à l'époque, le sorcier AMG sévissait, avec une délicieuse version CLK 55 AMG atmosphérique de 347 ch.

Mercedes CLK 55 AMG

Le préparateur d'Affalterbach s'est fait, depuis 1967, une spécialité de modifier la mécanique des productions Mercedes. Son savoir-faire et la qualité de ses réalisations poussent Daimler à prendre le contrôle d'AMG en 1999. Depuis, la course à la puissance ne s'est jamais interrompue, et la division Aufrecht Melcher Grossaspach s'intéresse à toute la gamme Mercedes, de la petite Classe A à l'immense Classe G.

Une Classe C body-buildée !

Commercialisée depuis maintenant un an, la Mercedes Classe C Cabriolet est sans doute la découvrable quatre places la plus séduisante du moment. Long capot avant, calandre qui n'est pas sans rappeler celle de l'AMG GT, ceinture de caisse haute... et des flancs particulièrement musclés, surtout sur notre version d'essai C 63 S.
Cette dernière reçoit en effet une carrosserie élargie de 6,4 cm à l’avant et de 6,6 cm à l’arrière, des passages de roue plus généreux et un capot avec double bossage.

Mercedes C 63 S AMG Convertible

Quatre sorties d'échappement se chargent aussi de rappeler que cette version ne possède pas qu'un kit esthétique ! À noter d'ailleurs, pour l'anecdote, que ces sorties sont factices. Seules deux sorties sont effectivement présentes, et les quatre embouts rectangulaires sont surtout esthétiques. Qu'importe finalement, si la bande son est à la hauteur du blason AMG. Pour s'en rendre compte, il suffit d'actionner le gros bouton de démarreur situé à droite de la colonne de direction. Le grondement est tellement rauque et viril que la Ford Mustang V8 passe pour un enfant de chœur !

Gros V8

Si l'on regrette un poil l'ancien 6,2 litres atmosphérique, ce nouveau V8 4,0 litres à turbo contribue à 90% au plaisir que l'on éprouve à mener ou à piloter cette C 63 S Cabriolet. Fort de 510 ch et de 700 Nm de couple de 1750 à 4500 tr/min, il a tout de même fort à faire avec les deux tonnes (conducteur inclut) de l'engin. Ce qui frappe, c'est la bonne éducation de la mécanique en ville. En actionnant le mode Confort via le Dynamic Select, on évolue avec une aisance peu commune en ville, grâce une transmission douce et une souplesse hors du commun. Et le feulement de la mécanique est toujours bien présent à chaque accélération.

Mercedes C 63 S AMG Convertible

Pourtant, c'est un vrai dragster qui sommeille sous le long capot. Dès l'horizon dégagé et le mode Sport ou Sport + engagé, c'est une toute autre histoire. La boîte favorise alors les hauts régimes, la direction et l'amortissement se durcissent, et la sonorité se fait encore plus équivoque. On effleure la pédale de droite, et la poussée se fait presque instantanée et pratiquement ininterrompue ! Quelle rage, quelle hargne... le paysage défile à une vitesse folle et la bande son devient délirante ! On ne peut plus s'en passer, on en redemande toujours davantage... c'est à la fois usant, et totalement jouissif ! Cette conduite virile a bien entendu une influence sur la consommation mesurée. Sur près de 400 km de routes variées, notre moyenne s'est établie à 14,2 litres aux 100 km. Et encore, nous n'avons pas emmené la bête sur circuit !

Mercedes C 63 S AMG Convertible
Mercedes C 63 S AMG Convertible

Simple propulsion, la Mercedes-AMG C 63 S Cabriolet offre un châssis suffisamment bien calibré pour digérer la déferlante de puissance. L'arsenal sécuritaire veille, mais on n'évitera pas quelques dérobades – contrôlées – du train arrière en accélérant fort sur chaussée grasse ou humide. Et heureusement que le freinage est en béton armé, car la masse conséquente nous rappelle que pour défier les lois de la physique, il faut connaître le mode d'emploi.

Une rigidité pas optimale

Pas trop ferme, malgré son amortissement sport et ses pneus taille basse, la Mercedes-AMG C 63 S Cabriolet n'est pourtant pas optimale en rigidité de caisse. Les grincements sont encore perceptibles sur mauvais revêtement. Pour le circuit, préférez le coupé ! Équipée d'un système de filets anti-remous perfectionné, la Mercedes-AMG C 63 S Cabriolet n'offre également pas une protection optimale contre le vent. Au dessus de 90 km/h, le re-capotage est conseillé.

Lire aussi:

Perfectionné au fil des années, le cabriolet chez Mercedes offre aujourd'hui une capote en toile de très grande qualité. L'insonorisation et la finition sont vraiment de très haut niveau, et il est possible de décapoter jusqu'à une vitesse de 50 km/h. Le mécanisme, un peu complexe toutefois, réclame environ 20 secondes pour la phase de décapotage.

Cabriolet quatre places

A bord, on retrouve l'environnement de la Mercedes Classe C, avec une planche de bord sérieuse, et dont l'ergonomie est particulièrement soignée. Sur notre version AMG, on apprécie les inserts en carbone, bien plus flatteurs à l'œil que les inserts en faux aluminium ou en noir laqué de certaines versions. Les sièges sport permettent de trouver la position de conduite idéale, et le chauffage de la nuque est un vrai plus si l'on souhaite profiter de la conduite "cheveux au vent", été comme hiver.

Si l'espace est généreux à l'avant, l'accès aux places arrière et l'habitabilité arrière ne sont pas exceptionnels. Surtout quand on voit le gabarit de l'auto. Même constat en ouvrant le coffre, dont l'accès est assez étroit et le volume dans la moyenne. Mais la Mercedes Classe C Cabriolet peut rabattre sa banquette et améliorer le quotidien.

Mercedes C 63 S AMG Convertible
Mercedes C 63 S AMG Convertible

Conclusion

Située tout au sommet de la gamme, la Mercedes-AMG C 63 S Cabriolet offre un équipement complet, sans être exceptionnel : Dynamic Select (Individual, Confort, Sport, Sport + et Race), sept airbags, le différentiel autobloquant, le GPS (très précis du reste), une sellerie en cuir Nappa, l'installation audio, le pack esthétique AMG, la caméra de recul, les jantes de 19 pouces... La liste des options donne le vertige, et alourdira la note déjà fixée à 109'050 euros (121'000 euros environ pour notre exemplaire).

La Mercedes-AMG C 63 S Cabriolet est une friandise dont on a du mal à se passer après y avoir goûté. Ce dragster germanique offre des performances, une sonorité et un plaisir de conduire rarement atteints dans cette catégorie, ce qui s'avère totalement déraisonnable pour un cabriolet, dont le critère numéro 1 est justement de vous faire profiter des belles routes à allure modérée. Mais c'est bien connu, l'être humain adore les interdits...

 

 

Points positifs  Points négatifs
V8 jouissif         Consommations 
Sonorité démente Rigidité pas optimale
Plaisir de conduite Accès aux places AR

Mercedes-AMG C 63 S Cabriolet

Motorisation V8, 3983 cm3, double turbo, essence + injection directe
Puissance 510 ch à 5500 tr/min et 700 Nm à 1750 tr/min
0-100 km/h 4,1 secondes
Vitesse de pointe 250 km/h (limitée électroniquement)
Transmission Boîte automatique à 7 rapports
Type de transmission Propulsion
Poids 1925 kg à vide
Volume de coffre 355 litres
Places 4
Economie de carburant Urbain : 12l/100 km / Extra-urbain : 7,2 l/100 km / Mixte : 8,9 l/100 km
En vente 2016
Prix de base 109'050 €
Prix de la version testée 121'000 €

Essai Mercedes C 63 S AMG Cabriolet (2017)