Tout est dans le détail.

L'ascension de Kia est assez phénoménale en France. À titre d'exemple, en 2002, la firme coréenne culminait péniblement à 1500 ventes. En 2017, Kia a terminé l'année avec 37'000 ventes. L'explication ? Une gamme simple et homogène avec un design cohérent et plutôt dynamique qui s'accorde parfaitement avec la demande actuelle. Dans sa gamme, sans surprises, la voiture la plus vendue est un SUV. Le Kia Sportage, le best-seller de la marque, s'est écoulé à quasiment 11'000 exemplaires en France l'année passée. Un chiffre que la marque devrait battre en 2018. Arrivé sur le marché au début de l'année 2016, le Sportage se renouvelle après seulement deux ans et demi de carrière. Un cycle de vie court qui s'explique par le fait que le constructeur renouvelle ses véhicules tous les cinq ans et non tous les sept ans.

Essai Kia Sportage 2019
Essai Kia Sportage 2019

Tout est dans le détail

De ce fait, il ne faut pas s'attendre à de grosses nouveautés pour cette version restylée. Esthétiquement d'une part, on remarque simplement l'arrivée d'une nouvelle signature lumineuse à l'avant et à l'arrière, de nouveaux boucliers et de nouvelles couleurs au catalogue. À l'intérieur, sur les finitions les plus hautes, comme notre version d'essai équipée de la finition GT Line Premium, on retrouve un nouveau volant et un écran tactile de huit pouces. On regrette néanmoins l'absence d'une instrumentation numérique comme le propose maintenant la concurrence. Quelques plastiques noirs brillants sont aussi regrettables, mais ceux-ci semblent plutôt robustes. Dommage pour la qualité perçue cependant. Enfin, en termes d'ergonomie, l'habitacle du Kia Sportage est toujours aussi bien pensé avec très peu de boutons et un agencement particulièrement bien travaillé.

Essai Kia Sportage 2019
Essai Kia Sportage 2019
Essai Kia Sportage 2019

Concernant les dimensions, c'est statu quo avec "l'ancienne" mouture puisque la voiture mesure toujours 4,49 mètres de long, 1,86 mètre de large et 1,66 mètre de hauteur. L'habitabilité aux places arrière est bonne et un adulte d'environ 1,80 mètre pourra s'y loger aisément. Une fois n'est pas coutume, le passager central n'est pas oublié et possède un espace suffisant. Grâce à de multiples crans d'inclinaison des dossiers de la banquette arrière, les passagers trouveront évidemment leur position idéale pour un long trajet. Kia annonce un volume de coffre allant de 480 à 1469 litres. C'est dans la moyenne basse de la catégorie. À titre de comparaison, la Peugeot 3008 − pourtant plus courte de quatre centimètres − revendique une contenance de 40 litres supplémentaires (420 litres).

Essai Kia Sportage 2019
Essai Kia Sportage 2019
Essai Kia Sportage 2019

Et sur la route ?

Loin d'être la voiture la plus passionnante à conduire, le Kia Sportage est assez avare en sensations. Comme la majorité de ses concurrents cela dit. On note toutefois un bon confort général, même si les jantes de 19 pouces sur notre finition GT Line Premium détériorent le confort. Les compressions sont en plus de cela assez sèches mais rien de vraiment catastrophique. La direction aurait en revanche mérité d'être plus précise, notamment au niveau du point milieu. La boîte de vitesses robotisée à sept rapports assure des passages doux mais elle s'avère malheureusement un peu lente, même en mode Sport. Vous l'aurez compris, le Kia Sportage n'est pas le plus jouissif à conduire dans sa catégorie, surtout quand on sait aujourd'hui que SUV et plaisir de conduire ne sont plus antinomiques. Les Peugeot 3008 et SEAT Ateca l'ont d'ailleurs prouvé.

Concernant le moteur, nous étions équipés du quatre cylindres diesel 1,6 litre développant 136 chevaux et 320 Nm de couple. Il ne s'agit pas d'une évolution de l'ancien 1,7 litre CRDi mais d'un moteur différent puisqu'il s'agit du moteur qui équipe la nouvelle Kia Ceed. Loin d'être un foudre de guerre, il saura tracter avec entrain les 1605 kilos de l'engin, même si les performances paraissent moyennes avec un 0 à 100 km/h qui demande tout de même 11,8 secondes. Disons que le moteur est peut-être un peu trop handicapé par la lenteur de la boîte de vitesses. Autre point négatif : le bruit du moteur qui a tendance à claquer à froid et à se montrer un peu trop bruyant lors des montées en régime.

Essai Kia Sportage 2019
Essai Kia Sportage 2019

L'alternative

En réalité, la vraie nouveauté sur ce restylage, c'est le nouveau moteur quatre cylindres 2,0 litres CRDi de 185 chevaux à hybridation légère. Dans les faits, un alterno-démarreur de 48 volts vient prêter main-forte au moteur lors des démarrages et des relances. Cela permet donc de réduire la consommation en carburant et les émissions de CO2. Nous n'avons malheureusement pas pu le prendre en main durant notre session d'essai, ce sera évidemment l'objet d'un test à lire prochaine dans nos colonnes.

Concernant les prix, Kia annonce une entrée de gamme à 24'390 euros. Notre version d'essai en finition GT Line Premium et avec le moteur diesel de 136 chevaux associé à la boîte automatique coûte 37'990 euros. Il faudra ajouter 1800 euros supplémentaires pour bénéficier de la transmission intégrale. La firme coréenne a bien évidemment augmenté ses tarifs (entre 900 et 1500 euros) par rapport à la précédente version. Mais cela peut se justifier par la générosité de la marque vis-à-vis des équipements. De série, même sur la plus basse des finitions (Motion), nous retrouvons le GPS avec lecture des panneaux, la caméra de recul ou encore la climatisation automatique. Notre version d'essai GT Line Premium se met en avant avec une caméra à 360°, une ouverture du coffre mains libres ou encore des sièges chauffants. Avec ceci, Kia garantit ses véhicules sept ans. C'est toujours le seul constructeur à proposer une telle garantie en France.

Lire aussi

En termes de consommations, sur un parcours alliant routes de campagne et autoroutes, nous avons relevé 6,4 l/100 km. Un score plutôt bon dans l'ensemble, même si le moteur est entaché d'un petit malus de 73 euros à raison de rejets de 123 g/km de CO2. Rien de bien méchant mais la plupart des SUV de son segment arrivent toutefois à l'éviter. Dans tous les cas, le Kia Sportage s'est tout de même bonifié dans l'ensemble, même s'il reste légèrement en-deçà d'une Peugeot 3008. À niveau d'équipements équivalent, il faudra compter tout de même quasiment 3000 euros de plus pour le français. Le prix à payer pour un comportement routier plus avenant ? C'est une affaire de goût. Le coréen ne décevra pas dans tous les cas, et ses tarifs plutôt contenus complétés d'une offre d'équipements pléthorique devrait séduire de nombreux clients. L'ascension de Kia dans l'Hexagone ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin.

 
Points positifs Points négatifs
Design toujours audacieux Direction atone
Espace pour les passagers arrière              Boîte de vitesses manquant de réactivité
Prix relativement contenus Confort dégradé avec les jantes de 19 pouces

Kia Sportage - GT Line Premium

Motorisation Diesel CRDi, 4 cylindres en ligne, 1598 cm³, turbo
Puissance 136 chevaux / 320 Nm
Transmission Boîte robotisée à sept rapports - DCT-7
Type de transmission Traction
0-100 km/h 11,8 secondes
Poids 1605 kg
Volume de coffre 480 à 1469 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 5,0 l/100 km / Extra-urbain : 4,5 l/100 km / Mixte : 4,7 l/100 km
En vente 2018
Prix de base 24'390 €
Prix de la version testée 37'990 €

Galerie: Essai Kia Sportage (2019)