L'essai de l'Audi Q8 en cinq points !

Pour ceux qui trouvent le Q7 déjà très imposant, l’arrivée du Q8 doit être effrayante. Pourtant, le nouveau SUV d’Audi, s’il est bien là pour chapeauter la gamme, n’est pas tout à fait le plus grand de la gamme. Il se place simplement tout au dessus des Q2, Q3, Q5 et Q7 pour son positionnement clairement haut de gamme.

Mais alors que vaut ce nouveau concurrent des BMW X6 et Mercedes GLE Coupé sur le segment des gros SUV Coupé ? Nous avons pris le volant de l’Audi Q8 50 TDI sur les routes de Haute-Savoie, dans la région de Megève.

Essai Audi Q8

Discret ? Pour quoi faire ?

Plus court que le Q7, il est également plus bas. Au contraire, le Q8 est plus large pour atteindre 2 mètres. De nouvelles proportions certes très imposantes, mais qui donnent un dynamisme certain à ce gros SUV, laissant la carrosserie de gros break surélevé au Q7. Bon de là à parler de coupé, il ne faut pas exagérer. Si ce n’est que les vitres latérales sont sans cadre, ce qui a permis de baisser le pavillon de quelques centimètres, et d’alléger, un moins un minimum le dessin. Même si la ceinture de caisse reste très large comparée à la surface vitrée.

Essai Audi Q8

Côté dessin, on aime, ou on n’aime pas. Mais avec des éléments stylistiques aussi forts que cette calandre Single Frame dont on se demande quand Audi va arrêter de la faire grandir, difficile de faire dans la demi-mesure. C’est la nouvelle identité stylistique de la famille Q des SUV d’Ingolstadt, il va falloir s’y faire. On peut d’ailleurs choisir le "masque" qui l’entoure au choix en gris, en noir ou couleur carrosserie, sans frais supplémentaires.

Notre modèle d’essai dispose de la finition S-Line, reconnaissable à ses quelques badges autour de la carrosserie. La couleur Orange Dragon, peinture métallisée en option à 1240 €, pas des plus discrète, sied parfaitement bien à ce gros bébé, tout comme les jantes Audi Sport de 22 pouces en aluminium coulé, à 3840 € en option. Si les feux LED sont de série à l’avant et à l’arrière, pour passer en Matrix LED, il faudra quand même débourser 2000 € de plus. Quand au pack esthétique noir, qui fait passer tous les chromes en noir et donnent un air encore plus dramatique au Q8, il vous en coûtera 800 €. Le Q8 ne fait pas exception à la tradition des options, nombreuses et coûteuses, d’Audi !

Essai Audi Q8
Essai Audi Q8

En haut de la gamme

À l’intérieur, pas de surprises dans ce Q8. On retrouve en effet la planche de bord des derniers modèles haut de gamme d’Audi, les A6, A7 et A8. Et c’est très bien comme ça parce que qu’est ce que c’est beau ! Sans refaire l’article sur la finition exemplaire, chère à Audi, ces 3 écrans qui pouvaient paraître superflus quand on les a vu débarquer, s’avèrent à l’usage finalement plutôt pratiques. Même si pour l’écran central inférieur, qui sert notamment aux fonctions de confort comme tout ce qui est climatisation et chauffage, on a tendance à trop quitter la route des yeux pour s’en servir.

Essai Audi Q8
Essai Audi Q8
Essai Audi Q8
Essai Audi Q8

La place, il y en a à bord, et l'on est toujours aussi confortablement assis pour enchaîner les kilomètres dans des sièges qui se règles au micropoil. La position haute est la seule chose qui diffère par rapport aux dernières grosses berlines de la marque aux Anneaux.

Et puis il y a un peu de praticité aussi, à l'image de cette banquette arrière fractionnable en 40/20/40 qui coulisse sur une dizaine de centimètres. Pratique pour agrandir au choix le volume du coffre ou l'espace aux jambes. Un coffre qui offre par ailleurs de 605 à 1755 litres de chargement, en deçà du frère Q7, mais meilleur que sur un X6 ou un Maserati Levante, tous les deux à 580 litres. 

Essai Audi Q8

Agile... pour un gros SUV

Dès les premiers tours de roues, l'Audi Q8 se montre particulièrement facile à mener. Son gros gabarit se ferait presque oublier et il se mène du bout des doigts. Pratique notamment en ville. Les aides au stationnement sont bluffantes avec le récent système qui permet de visualiser en temps réel et en 3D le véhicule dans son environnement (aidé par 8 capteurs à ultrasons dans les pare-chocs). Même avec les 2 mètres de large, plus le droit de frotter les jantes sur le trottoir !

Essai Audi Q8

Tout déplacement se fait dans un confort de berline de luxe, impression notamment appuyée par la position de conduite parfaite. Quand à l'impression de dominer la circulation (pour ne pas dire "se sentir supérieur"), elle devrait plaire à la clientèle de ce genre de gros SUV.

Si les quatre roues directrices apportent de l'agilité à ce mastodonte, en revanche le moteur et la boîte nous réservent quelques mauvaises surprises, notamment en relance. Et le poids ne peut pas être à l'origine de tous les maux, il s'agit ici vraiment d'un gros trou dans l'accélération, notamment en mode Confort. Ce qui peut par ailleurs être partiellement gommé en mode Sport. Mais la boîte Tiptronic 8 n'y est peut être pas complètement pour rien.  Et puis avec plus de deux tonnes sur la balance, il ne faut pas s'attendre non plus à des miracles, les mouvements de caisse restent quand même importants. Prenez un rond-point un peu rapidement, et vous allez quand même le sentir passer. Enfin ceci dit, proportionnellement à son gabarit, le Q8 reste quand même très très sain. Ce qu'il préfère, c'est une conduite coulée, et vous emmener loin. En voyage. Les heures à son volant ne se sentent pas passer. Vivement l'autoroute !

Essai Audi Q8

Conclusion

Le nouvel Audi Q8 est pétri de qualités, inhérentes évidemment aux Audi haut de gamme, la qualité perçue exceptionnelle, le confort de roulement de limousine, la technologie de pointe, la présentation à la pointe de la tendance... Des qualités qui auraient tendance à pardonner les défauts que ce Q8 ne peut pas non plus cacher, que ce soit son gabarit qui le pousse de fait davantage hors des centres-villes, et un dynamisme limité à cause d'un poids qu'il est bien difficile d'oublier. Et puis il y a la facture qui va vite faire le tri parmi ceux qui se verraient quand même bien mettre leur VTT dans le coffre pour aller se balader dans les bois : comptez 78'300 € minimum pour ce Q8 50 TDI, seule version actuellement au catalogue. Et ça grimpe vite en fonction des finitions : 85'200 € en S-Line (notre version d'essai), 89'200 € en Avus, et 100'800 € en Avus Extended. À motorisation et finition à peu près équivalents, avec toujours un petit avantage pour le dernier arrivé, c'est quand même plus ou moins 10'000 € de plus que la concurrence.

 
Motorisation V6 2967 cm3 / diesel turbo / micro-hybridation
Puissance 286 ch de 3500 à 4000 tr/min
Couple maximum 600 Nm de 2250 à 3250 tr/min
Transmission Automatique à 8 rapports, Tiptronic
Type de transmission Transmission intégrale quattro
Volume de coffre De 605 à 1755 litres
0-100 km/h 6,3 secondes
Vitesse maximum 232 km/h
Economie de carburant Urbain : 7,3 l/100 km - Extra-urbain : 6,5 l/100 km - Mixte : 6,8 l/100 km
Émissions 178 g/km de CO2
Longueur 4,99 mètres
Largeur 2 mètres
Hauteur 1,71 mètre
Poids 2145 kilos à vide
Places 5 places
Prix de base 78'300 €
Prix de la version testée 85'200 € (finition S-Line)
En vente 20 septembre 2018

Galerie: Essai Audi Q8 50 TDI