La nouvelle Audi A6 fait un bond en avant en matière de design et de technologie.

Présentée pour la première fois au Salon automobile de Genève, le constructeur aux anneaux s'apprête à commercialiser la toute nouvelle A6. Mais avant, Audi nous a conviés à essayer sa nouvelle berline à Porto, au nord du Portugal. Cette cinquième génération se veut plus moderne, plus techno et plus agréable à conduire que ses ancêtres. C'est ce que nous allons vérifier lors de cet essai.

Ne manquez pas nos essais Audi:

Un style germanique

Audi A6 (C8) 2018
Audi A6 (C8) 2018

Pour la cinquième génération de l'Audi A6, les designers ont souhaité moderniser la plastique de la berline tout en conservant les ingrédients qui ont fait son succès. À première vue, la nouvelle A6 ressemble à sa grande sœur, l'A8. En réalité, il n'en est rien. L'Audi A8 est plus statutaire, tandis que la nouvelle A6 joue la carte du sport chic. La ligne de la voiture est très élégante, on apprécie le travail des designers qui ont su dynamiser le style de la voiture.

Le regard de l'Audi A6 est nouveau, de même pour la calandre Single Frame qui une fois encore, a été élargie pour affirmer sa virilité. Plus grande (4939 mm contre 4933 mm) et plus large (1886 mm contre 1874 mm) que l'ancienne Audi A6 (C7), cette nouvelle A6 a plus de prestance et paraît plus élégante qu'auparavant.

Audi A6 (C8) 2018
Audi A6 (C8) 2018

Bien que le dessin de la voiture ne soit pas novateur, il est plus avant-gardiste et permet à l'Audi A6 de se frotter aux BMW Série 5, et Mercedes-Benz Classe E. On apprécie la face arrière de la voiture ; la cinématique des feux est remarquable, et le coup de crayon est réussi. Malheureusement, lorsque l'on regarde cette voiture en mouvement, on ne cesse de trouver des ressemblances avec la BMW Série 7 (au niveau de la face arrière), peut-être à cause du jonc chromé entre les deux feux arrière...

Un intérieur royal

Avec son nouvel habitacle, Audi est définitivement entré dans une nouvelle dimension. Certes, nous avons déjà découvert cet habitacle à bord des Audi A7 et A8, mais on ne cessera de le répéter ; que c'est beau ! Outre la présentation très soignée et les matériaux de haute qualité, cet intérieur est marqué par trois écrans. On retrouve face au conducteur le Virtual Cockpit, qui est désormais accompagné par deux nouveaux écrans situés au niveau de la console centrale. 

Audi A6 (C8) 2018

Ces deux interfaces permettent au conducteur de naviguer dans le système d'info-divertissement de la voiture, de réguler la climatisation et d'accéder aux systèmes d'aide à la conduite. Il faut tout de même un petit temps d'adaptation avant de manier l'ensemble des écrans avec brio. La navigation est très fluide, et le "clic" émis lorsque l'on appuie sur un module rendent ce système MMI (Multi Media Interface) très agréable au quotidien.

Curieusement, cette nouvelle interface semble résister à la poussière et sa luminosité est excellente ; les rayons de soleil ne vous empêcheront pas de lire les informations affichées. Cependant, il faudra absolument prévoir un chiffon en microfibre, afin d'effacer les traces de doigts qui apparaitront après quelques heures d'utilisation.

Audi A6 (C8) 2018
Audi A6 (C8) 2018
Audi A6 (C8) 2018
Audi A6 (C8) 2018

La nouvelle Audi A6 est bardée de capteurs, de caméras, d'ultrasons et de scanner laser. Selon les versions, la voiture est capable d'assister le conducteur dans chacune de ses manœuvres. Audi propose par exemple un système de vision 3D, qui permet de voir tout autour de la voiture (comme si une personne filmait à l'extérieur de la voiture). La berline offre également pas moins de 39 assistances à la conduite, et une autonomie de niveau 3 que nous ne pourrons pas encore utiliser en France à cause de la législation en vigueur.

Le confort à bord de cette Audi A6 (C8) est excellent. De plus, grâce à un double vitrage, l'habitacle de la voiture est impeccablement bien insonorisé. Il est très facile d'enquiller les kilomètres à bord de cette berline sans ressentir la moindre fatigue. En option, les sièges sont ventilés et massants. Plusieurs programmes sont proposés afin de voyager dans le plus grand des conforts.

Audi A6 (C8) 2018

Dans ce cocon de confort, nous avons tout de même relevé trois petits défauts. Tout d'abord, la partie qui maintient le genou droit n'est pas des plus agréables. Elle est en plastique dure, et si tout comme nous, vous avez tendance à reposer votre genou sur cette zone, eh bien, quelques douleurs peuvent apparaître (après plusieurs heures de conduite). Deuxièmement, il arrive que parfois, en conduite dynamique surtout, on appuie malencontreusement sur les boutons du volant. Peut-être qu'il aurait fallu que l'épaisseur de la jante soit plus importante au niveau de la zone de maintien du volant (les mains en position 9h15). Enfin, sur la banquette arrière, la place centrale est très encombrée par le tunnel de transmission. Il est donc difficilement envisageable de voyager avec trois adultes à l'arrière de cette nouvelle A6.

Vous aimerez aussi:

L'archétype d'une routière

Pour cet essai, nous avons pris le volant de l'Audi A6 50 TDI. Le terme "50 TDI" désigne le moteur 3,0 litres V6 TDI, qui pour notre modèle d'essai, délivre 286 ch et 620 Nm de couple maximal. Ce moteur diesel est couplé à une boîte de vitesses TipTronic à huit rapports, qui est chargée d'envoyer la puissance du moteur aux quatre roues motrices.

En prenant le volant de cette Audi A6 C8, nous avons été frappés par la douceur de conduite. C'est une voiture que l'on manie avec beaucoup de délicatesse, d'autant plus que notre modèle d'essai était équipé d'une suspension pneumatique à amortisseurs pilotés (option). La berline absorbe remarquablement bien les aspérités de la route, nous avons vraiment l'impression de survoler le bitume !

Audi A6 (C8) 2018
Audi A6 (C8) 2018

Le moteur diesel ne se fait pas entendre, surtout sur l'autoroute, lorsque la vitesse reste constante. Les passages de rapports se font en toute douceur, et les 39 aides à la conduite veillent au grain pour que la voiture reste sur sa trajectoire et soit à l'abri de tout accident.

Lorsque nous quittons l'autoroute pour rejoindre les départementales, le V6 se réveille et montre de quoi il est capable. Avec un 0 à 100 km/h expédié en 5,5 secondes, la nouvelle Audi A6 ne manque vraiment pas de puissance. Bien que l'Allemande ne soit plus très loin des deux tonnes (elle est un peu plus lourde que la génération précédente), les accélérations sont très bonnes et la voiture ne manque pas de reprises.

Audi A6 (C8) 2018

Pour une conduite plus sportive, il est possible de passer au mode "Dynamic" afin que le moteur ainsi que les différents organes puissent être exploités à leur maximum. Les accélérations sont plus fugaces, la direction est un peu plus ferme et les suspensions se raffermissent également. Dans cette configuration, il est préférable d'utiliser les palettes au volant, le passage des rapports par la boîte de vitesses TipTronic n'est pas vraiment adaptée pour ce type de conduite.

La direction est très précise, il est très facile de placer la voiture dans les virages. Elle obéit au doigt et à l'œil, et c'est plutôt rassurant lorsque parfois vous aurez des excès de confiance. C'est peut-être le petit bémol de cette voiture, tout est formidablement bien feutré et aseptisé. On prend rapidement confiance, et il faut absolument veiller à adopter les bonnes vitesses au risque de se voir réprimander.

Tout sur l'Audi A6:

Audi propose pour la première fois les quatre roues directrices sur sa berline A6. Ce système remplit parfaitement bien son rôle, l'Audi A6 est très agile dans les virages, bien que son gabarit et son poids ne jouent pas vraiment en sa faveur. Enfin, il est à noter que cette Audi embarque une hybridation légère de 48V. Ce système permet entre autres de diminuer la consommation en carburant de 0,7 litre d'essence tous les 100 km.

Audi A6 (C8) 2018
Audi A6 (C8) 2018

Conquis ?

La réponse est positive ! Le dernier millésime de l'Audi A6 est à la hauteur de nos espérances. C'est une voiture parfaitement bien équilibrée, et qui coche toutes les cases pour dévorer les kilomètres. Sa consommation en carburant est raisonnable au vu des prestations (nous avons relevé une moyenne de 8 L/100 km) et son comportement routier est de très bon niveau. Pour repartir au volant de cette berline, il faut être prêt à débourser plus de 60'000 euros. Comme d'habitude, chez Audi, la liste des options est longue comme le bras. Par exemple, la suspension pneumatique est facturée à plus de 2000 euros, de même pour les quatre roues directrices.

Quoi qu'il en soit, les Mercedes-Benz Classe E et BMW Série 5 ont là une sacrée concurrente. Cette A6 est un régal à conduire, et elle est probablement plus moderne que ses concurrentes grâce aux nombreux équipements high-tech qu'elle propose et à son habitacle plus moderne : on aime !

 
Points positifs Points négatifs
 Le comportement routier est très sain  La boîte n'est pas adaptée pour une conduite très dynamique
 Très agile dans les virages  La place au centre de la banquette arrière est limitée
 Le design, le style et les qualités de finition sont excellents Le prix des options parfois élevé
 

Audi A6

Motorisation Diesel, six cylindres en V, 2995 cm³, turbo
Puissance 286 chevaux / 620 Nm
Transmission Boîte TipTronic à huit rapports
Type de transmission Intégrale
0-100 km/h 5,5 secondes
Vitesse de pointe 250 km/h
Poids 1825 kg
Volume de coffre 530 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 6,4 l/100 km / Extra-urbain : 5,4 l/100 km / Mixte : 5,8 l/100 km
En vente 2018

Galerie: Essai Audi A6 (C8) 2018