Est-ce aujourd'hui la meilleure offre pour le SUV tricolore ?

Leader incontesté sur le marché des SUV en France, la Peugeot 3008 s'est écoulée à 64'753 exemplaires dans l'Hexagone sur les neuf premiers mois de l'année. Une véritable machine à cash pour Peugeot, qui entend bien surfer encore longtemps sur la vague des SUV. Néanmoins, malgré de très bon chiffres de ventes, Peugeot doit aussi faire face aux nouvelles normes européennes, et notamment au nouveau cycle d'homologation WLTP. De ce fait, exit l'ancien bloc 1,6 litre BlueHDI de 120 chevaux, place à un nouveau 1,5 litre BlueHDI de 130 chevaux, ici indexé à une boîte automatique EAT à huit rapports. Cette dernière remplace l'EAT à six rapports précédemment proposée avec le moteur de 120 chevaux.

Essai Peugeot 3008 II

Ce moteur de 130 chevaux est en réalité un tout nouveau moteur et pas simplement une refonte du 1,6 litre BlueHDI. Les ingénieurs ont opéré pas mal de changements pour répondre aux nouvelles normes et abaisser au maximum les émissions de CO2. Parmi les nouveautés, on peut par exemple citer en premier lieu l'arrivée d'un nouveau système de combustion hérité, d'après la marque, de la Peugeot 908 victorieuse des 24 Heures du Mans en 2009 avec un équipage composé d'Alexander Wurz, Marc Gené et David Brabham. Un nouveau système de traitement des NOx fait également son apparition regroupant ainsi le catalyseur SCR (traitement des oxydes d’azote) alimenté par un réservoir d’Adblue et le fameux filtre à particules.

Disponible depuis le mois d'avril 2018, la boîte EAT6 a été remplacée par une EAT8. Le fournisseur reste le même puisqu'il s'agit de Aisin, et elle offre désormais huit rapports, ce qui permet donc, selon Peugeot, de baisser les consommations de 7 % par rapport à une EAT6. Le poids n'est pas non plus vraiment impacté puisque cette boîte pèse seulement deux kilos de plus par rapport à l'ancienne. À finition équivalente, l'intégration de cette nouvelle boîte et de ce nouveau moteur influe sur le prix puisque la Peugeot 3008 coûte maintenant 900 euros de plus par rapport à l'ancienne version équipée du 1,6 litre BlueHDI de 120 chevaux.

Essai Peugeot 3008 II
Essai Peugeot 3008 II

Cette nouvelle alliance semble donc parfaite pour un usage mixte alliant à la fois milieu urbain et autoroute. Contact et d'emblée les claquements à froid de l'ancien moteur sont remplacés par une sonorité relativement discrète pour un bloc diesel. Il entraîne assez aisément les 1430 kilos de la voiture grâce à un couple de 300 Nm qui fait preuve de beaucoup de progressivité. La boîte automatique bénéficie d'une bonne gestion et passe les rapports au bon moment pour optimiser les consommations. Preuve en est, nous avons relevé seulement 6,2 l/100 km durant nos 900 kilomètres d'essai, sans adopter une conduite particulièrement coulée par moment.

En termes de performances, nous ne sommes pas face à un foudre de guerre, mais force est de constater que la Peugeot 3008 équipée de cette nouvelle alliance moteur-boîte se bonifie encore. Plus vigoureux à bas régime qu'un 1,2 litre PureTech de 130 chevaux, les relances sont plutôt bonnes et la boîte ne rechigne pas à tomber un ou deux rapports, malgré ses réglages clairement orientés pour favoriser les consommations. Cela va donc de paire avec un châssis tout simplement excellent, sûrement le meilleur dans la gamme des SUV actuels, avec un toucher de route toujours plaisant et un très bon confort d'utilisation malgré des prestations dynamiques correctes.

Essai Peugeot 3008 (2016) - 1.2 PureTech 130
Essai Peugeot 3008 (2016) - 1.2 PureTech 130
Essai Peugeot 3008 (2016) - 1.2 PureTech 130

À bord, nous retrouvons bien évidemment toujours le fameux i-Cockpit, très largement remanié depuis sa première apparition sur la 208 et la 308 il y a maintenant quelques années. Certains seront toutefois dérangés par le sommet du volant qui viendra occulter l'instrumentation digitale (de série sur toutes les finitions) selon sa position de conduite. En dehors de ça, les finitions sont plutôt correctes et l'ergonomie est bonne avec très peu de boutons au niveau de la console centrale. On retrouve simplement les fameuses "touches piano" servant de raccourcie pour contrôler plus efficacement l'écran tactile qui se trouve au centre. On apprécie également la qualité des plastiques (même ceux moins visibles) et le tissu tendu qui habille les contre-portes et une partie de la planche de bord sur notre finition Allure. À l'arrière, deux adultes d'environ 1,80 mètres seront bien installés. Le coffre fait toujours office de référence dans sa catégorie avec 520 litres, soit quasiment la même contenance qu'un Škoda Karoq (à un litre près en la faveur du tchèque).

Concernant les tarifs, ceux-ci sont globalement en augmentation, comme vous avez pu le lire plus haut, par rapport aux anciennes versions. Le prix de départ pour le moteur 1,5 litre BlueHDI de 130 chevaux avec la boîte EAT8 est affiché à 32'900 euros avec la finition Active. Pour notre modèle d'essai équipé de la finition Allure (comprenant de série : le détecteur d'angle mort, l'accès à bord et le démarrage sans clé, la navigation, la sellerie tissu/simili cuir ou encore les jantes alliage de 18 pouces), il faudra débourser au minimum 35'650 euros et jusqu'à 43'430 euros pour notre version d'essai bardée de quasiment toutes les options (régulateur de vitesse adaptatif, siège électrique, hayon électrique...). Pas de quoi lui enlever sa réputation de "SUV cher", mais "SUV qui se vend" malgré tout.

 
Points positifs Points négatifs
Alliance moteur-boîte agréable Faible visibilité à l'arrière
Consommations contenues Tarifs un poil élevés
Belle présentation intérieure Système d'info-divertissement parfois capricieux

Peugeot 3008 Allure

Motorisation Diesel BlueHDI, 4 cylindres en ligne, 1499 cm³
Puissance 130 chevaux / 300 Nm
Transmission Boîte automatique à huit rapports - EAT8
Type de transmission Traction
0-100 km/h 11,5 secondes
Poids 1430 kg
Volume de coffre 520 à 1482 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 4,3 l/100 km / Extra-urbain : 4,0 l/100 km / Mixte : 3,8 l/100 km
En vente 2018
Prix de base 26'400 €
Prix de la version testée 43'430 €

Galerie: Essai Peugeot 3008 II