En attendant la version électrique, la Fiat 500 se dote d'un système d'hybridation légère pour rentrer dans le rang.

Avec treize ans de carrière, la petite Fiat 500 est certainement la meilleure chose qui soit arrivée à la firme italienne ces dernières années. Malgré son âge certain, la 500 reste encore une voiture dans l'air du temps, dans tous les sens du terme. Esthétiquement parlant, les designers sont parvenus à rendre son dessin aussi intemporel que son aîné, tout comme l'intérieur qui a encore parfaitement sa place au sein de la production automobile actuelle, et même mieux encore puisque Fiat a su le mettre à la page en termes de technologies embarquées. Il n'y a qu'à voir ses ventes, rien qu'en France, où il s'est écoulé 21'955 exemplaires l'an passé, soit plus que ses rivales tricolores, à savoir les Peugeot 108 et Citroën C1, pourtant un peu plus récentes.

La Fiat 500 a su résister aux affres du temps, même si le législateur et ses nouvelles réglementations en termes d'émissions polluantes sont passés par là. Néanmoins, Fiat a tout de même dû mettre sa 500 à la page en termes de motorisation, preuve en est avec aujourd'hui la présentation de la nouvelle 500 Hybrid. Si, habituellement, l'appellation hybride indique la présence d'un moteur thermique jumelé à un moteur électrique, de nombreux constructeurs commencent à jouer sur ces mêmes appellations pour inclure au sein de la catégorie hybride leurs modèles avec hybridation légère. C'est par exemple le cas d'Audi qui ne fait pas la distinction entre ses hybrides rechargeables et ses micro-hybrides lors de la communication de ses chiffres de ventes sur l'année 2019.

Fiat 500 Hybrid
Fiat 500 Hybrid

Hybride ou micro-hybridation ?

Du côté de chez Fiat, c'est à peu près pareil puisque la Fiat 500 Hybrid n'est pas une hybride pure, et encore moins une hybride rechargeable. Il s'agit d'un modèle avec hybridation légère, c'est-à-dire que la partie électrique repose sur un alterno-démarreur amélioré et un petit moteur permettant un fonctionnement à l’arrêt seulement, le tout alimenté par une batterie lithium-ion de 11 Ah. D’une tension de 12 volts, il ne peut bien évidemment pas propulser la voiture à lui seul, il vient juste en soutien du moteur thermique, à savoir un trois cylindres FireFly de 70 chevaux et 92 Nm. Cette technologie permet au moteur à combustion interne de s'arrêter à des vitesses inférieures à 30 km/h, simplement en passant au point mort. Le tableau de bord permet d'indiquer au conducteur quand le faire. Le système est jumelé à une boîte manuelle à six rapports. Fiat ne prévoit pas d'en faire avec une boîte automatique pour le moment, la seule boîte automatique étant réservée à la version thermique de 69 chevaux.

La délicate question de la consommation

Évidemment, une telle motorisation est proposée dans l'unique but d'abaisser les consommations et les émissions polluantes. Fiat annonce jusqu'à 30 % de réduction des émissions, selon le modèle (puisque cette motorisation est aussi proposée sur la Fiat 500C et la Panda), et communique sur des rejets allant de 119 à 128 g/km de CO2 et des consommations allant de 4,6 à 6,5 l/100 kilomètres, selon le cycle WLTP. Dans les faits, lors de notre essai au sein des rues de Bologne, en Italie, nous avons constaté une consommation en cycle urbain d'environ 7,5 l/100 kilomètres, sans adopter une conduite coulée, certes, mais encore moins une conduite sportive. D'une manière générale, les consommations relevées lors des essais, notamment celui-ci, beaucoup trop court, ne sont pas le reflet de la réalité puisque nous n'avons pas vraiment pu essayer la voiture dans toutes les conditions.

Le résultat affiché par le tableau de bord est un peu décevant, tout comme l'agrément de conduite offert par le moteur trois cylindres de 1,0 litre, qui a globalement tous les défauts d'un trois cylindres : vibrations à bas régime, essoufflement précoce à l'approche des 4000 tr/min et consommations peu maîtrisées. Les 70 chevaux paraissent suffisants pour mouvoir la petite italienne de 980 kilos, mais ça manque toutefois de couple à bas régime, les 92 Nm ne sont pas vraiment suffisants et nous n'aurions pas été contre une petite dizaine de Nm supplémentaire.

Fiat 500 Hybrid

Parfaite pour la ville ?

En termes de comportement routier, comme énoncé plus haut, nous n'avons pas vraiment pu essayer la voiture en long en large et en travers. Néanmoins, pour un usage purement urbain, outre le petit manque de puissance à bas régime, nous avons apprécié le bon confort général de la voiture, malgré des suspensions un poil sèches en compression, notamment sur les pavés des étroites rues bolonaises.

En revanche, en termes de maniabilité, c'est excellent, notamment grâce à son diamètre de braquage de 9,3 mètres et de son gabarit contenu puisqu'elle revendique seulement 3,57 mètres de long. Nous n'avons éprouvé aucune difficulté à circuler dans le centre historique de la ville. Fiat annonce également que l'ensemble du groupe motopropulseur a été abaissé de 45 millimètres, permettant d'abaisser le centre de gravité et d'améliorer le comportement routier. À moins d'être metteur au point ou bien d'avoir roulé des milliers de kilomètres avec la voiture, nous n'avons pas senti de réelles différences par rapport à une 500 plus classique.

Fiat 500 Hybrid
Fiat 500 Hybrid

Un peu de plastique marin dans vos sièges ?

Pour conclure cet essai sur une note un peu plus légère, parlons de l'habitacle et plus particulièrement des sièges. Les sièges de la série "Launch Edition" sont fabriqués à base de fil Seaqual, un matériau qui est dérivé du plastique recyclé. Son origine vient du sixième continent, c'est-à-dire le plastique présent dans nos océans.

Ce plastique est collecté et est ensuite transformé en flocons de polyéthylène téréphtalate. Ces flocons sont ensuite utilisés dans le fil à partir duquel les tissus sont fabriqués. Dans la phase de tissage, le polyester marin est mélangé à d'autres fibres écologiques, naturelles, recyclées ou récupérées. Ce processus écologique est complété par l'application de colorants et de finitions respectueuses de l'environnement, basées sur l'économie d'eau et d'énergie.

Fiat 500 Hybrid
Fiat 500 Hybrid

Un avenir sous le signe de l'électrique pour Fiat

Que retenir alors de cet essai de la Fiat 500 Hybrid ? Qu'il ne s'agit pas d'une véritable hybride avant tout, et qu'elle ne dispose pas forcément du meilleur agrément d'un point de vue strictement mécanique. En revanche, malgré sa longue carrière, elle n'a pas pris une ride et fera sans doute encore les beaux jours de Fiat. La marque italienne présentera d'ailleurs au prochain Salon de Genève sa nouvelle 500 avec un moteur 100 % électrique. La version actuelle restera au catalogue pour assurer la transition et surtout continuer de proposer au client le choix entre thermique et électrique, tant que c'est encore possible.

Le catalogue de la 500 est désormais assez restreint puisque vous aurez le choix entre cette version micro-hybride et une thermique, à savoir un quatre cylindres 1,2 litre développant 69 chevaux et 102 Nm. Le prix de la version hybride est d'ailleurs plus avantageux puisqu'il débute à partir de 14'990 euros pour la finition "Pop", et s'étend jusqu'à 17'490 euros pour la finition "RockStar". Il faut compter 1000 euros de plus pour le moteur essence de 69 chevaux. La Fiat 500C, à savoir la variante cabriolet, débute à 17'790 euros en version micro-hybride, avec la finition "Pop", et va jusqu'à 20'290 euros pour le niveau de finition le plus élevé. Là aussi il faut tabler sur 1000 euros de plus pour avoir le droit au moteur thermique.

 
Points positifs Points négatifs
Design intemporel Agrément de conduite en retrait
Maniabilité en usage urbain Consommations un peu trop élevées
Présentation à bord Pas une véritable hybride

Fiat 500 Hybrid

Motorisation Essence BSG, trois cylindres en ligne, 999 cm³
Puissance 70 chevaux (à 6000 tr/min)
Couple maximum 92 Nm (à 3500 tr/min)
Transmission Boîte manuelle à six rapports
Type de transmission Traction
0-100 km/h 13,8 secondes
Vitesse maximum 167 km/h
Longueur 3,57 mètres
Largeur 1,62 mètre
Hauteur 1,49 mètre
Poids 980 kg (à vide)
Volume de coffre 185 litres
Places 5
Economie de carburant Mixte : 5,7 l/100 km (WLTP)
Émissions 119 à 128 g/km de CO2 (WLTP)
En vente 2020
Prix de base 14'990 €
Prix de la version testée 20'290 €

Galerie: Essai Fiat 500 Hybrid (2020)