Raging Bull dit-on, auprès de la maison de vente française !

 La marque Lamborghini naît d’une brouille entre un certain Ferrucio Lamborghini, industriel italien spécialisé dans la production d’engins agricoles, et Enzo Ferrari, le Commendatore de la marque italienne. Ce dernier, après une remarque de Lamborghini sur la fiabilité de sa 250 GT, répondit qu’il n’avait pas de leçon à recevoir d’un fabricant de tracteurs.

De quoi titiller la fierté de Lamborghini, qui décida de lancer sa propre marque automobile, la désormais très reconnue firme de Sant’Agata Bolognese, en Italie. Ainsi, la firme italienne va lancer en 1963 la 350 GT, et asseoir sa réputation avec la Miura, ou la Urraco, puis la Countach, au style avant-gardiste. Le tout, sans jamais vraiment briller sur les circuits. Tout un art de construire les voitures de sport, donc.

Lire aussi:

Pour sa vente annuelle de Rétromobile, la maison de vente Artcurial va présenter une collection "Raging Bull", rassemblant quelques-unes des productions les plus représentatives des autos de la marque italienne. Ainsi, l’on retrouve tout d’abord une référence au passé agricole de Lamborghini, avec un DL25N de 1954. Le petit tracteur est le second de l’histoire de la marque au taureau, et l’un des 20 exemplaires équipés du moteur Lamborghini. Très rare, ce tracteur est estimé entre 30'000 et 40'000 euros.

2017 - Collection Raging Bull Artcurial, à Rétromobile
2017 - Collection Raging Bull Artcurial, à Rétromobile
2017 - Collection Raging Bull Artcurial, à Rétromobile
2017 - Collection Raging Bull Artcurial, à Rétromobile
2017 - Collection Raging Bull Artcurial, à Rétromobile

Vient ensuite, plus cher, évidemment, une Lamborghini Espada P 400 GT de 1969. Une auto tirée de l’impressionnante Marzal, et qui reprend son intérieur design particulièrement impressionnant. L’auto reçoit le V12 traditionnel des Lamborghini depuis 1963. L'Espada présente une puissance de 325 chevaux, pour une vitesse de pointe d’environ 250 km/h. Elle est la 39e de ce type sortie d'usine, et Artcurial l’estime entre 240'000 et 280'000 euros, d’autant plus qu’elle est matching numbers (bloc et boîte de vitesses d’origine).

En 1971, Lamborghini poursuit sa série 400 GT avec la Jarama, région de l’Espagne connue pour l’élevage de taureaux de combat. Ici encore, le design est dû à Marcello Gandini, qui signe une ligne novatrice, tout en traits tendus. Véritable GT, elle fut produite à 177 exemplaires, et celle présentée par Artcurial est dans un état parfait. Selon la maison de vente, il faudra entre 180'000 et 240'000 euros pour remporter l’enchère.

Lire aussi:

Néanmoins, la plus attendue restera cette Miura SV de 1972, qui reçoit la bagatelle de 385 chevaux sur son V12. Ultime évolution de la magnifique GT, aux lignes en rondeurs, la Lamborghini Miura SV est l’une des deux seules versions européennes équipées du carter sec et de l’air conditionné. Elle est dans un état d’entretien parfait, et répond parfaitement au critère très recherché matching numbers. Exemple même de l’excellence de Lamborghini, cette Miura SV est estimée entre 2'200'000 et 2'600'000 euros.

2017 - Collection Raging Bull Artcurial, à Rétromobile
2017 - Collection Raging Bull Artcurial, à Rétromobile

Dernière auto et non des moindres, la Urraco de 1973. Elle aussi parfaitement entretenue, elle représente le virage des années 1970 avec ses phares escamotables et son moteur en position centrale arrière. Cette Urraco est dans son état d’origine, avec toutes les options, et est le 196e exemplaire de ce modèle produit sur les 336 existants. Elle est également moins recherchée, ce qui en explique cette estimation plus abordable : entre 120'000 et 140'000 euros.

Ces autos seront à découvrir à Rétromobile, à partir du 8 février, avant la vente aux enchères, vendredi 10 février !

Lire aussi:

2017 - Collection Raging Bull Artcurial, à Rétromobile