Y a-t-il un effet Macron ? Difficile de le dire, mais toujours est-il que les commandes sont supérieures aux attentes.

2018 sera peut-être l'année de la résurrection pour DS, qui pour l'heure a bien du mal à trouver une place sur le marché du premium. Son PDG Yves Bonnefont estime en tout cas qu'elle marquera la fin d'une longue spirale négative symbolisée par cinq années de baisse des ventes. Le modèle chargé de relancer la marque, vous le connaissez tous, il s'agit du SUV DS 7 Crossback. Ses débuts sont-ils vraiment encourageants ? Oui selon Yves Bonnefont, qui apprécie par ailleurs le soutien du président Emmanuel Macron. 

DS 7 Macron

Les hommes et femmes de DS sont parvenus à associer l'image du DS 7 Crossback à celle du président. On se souvient que celui-ci avait descendu les Champs-Elysées le jour de son investiture à bord d'un exemplaire spécial. Un joli coup médiatique, avec à la clef une multiplication par trente du nombre de visites sur le site du constructeur ! Plus récemment, Emmanuel Macron a de nouveau utilisé un DS 7 Crossback, cette fois lors d'un voyage officiel en Chine. Yves Bonnefont raconte à ce propos : "Il était sympa, il a fait exprès qu’il y ait une DS7 Crossback dans les déplacements officiels. Les Chinois voulaient qu’il voyage en voiture blindée avec les services secrets chinois. Mais dès qu’il est arrivé à l’ambassade, il a changé pour la DS7.” 

Sans être spécialiste de la communication, on peut penser que les coups de main du président aident réellement DS dans son aventure, d'autant que le marché du premium est très sensible à l'image. En tout cas, Yves Bonnefont explique que le nombre de commandes du DS 7 Crossback dépasse les attentes de sa marque.

Source : Reuters

Lire aussi :

 

 

Gallery: DS 7 Crossback présidentiel