Mission impossible ?

Alors qu'elle ne représente pas grand-chose en matière de volumes de ventes, la marque Alfa Romeo obsède une partie de l'industrie automobile. Hyundai, par exemple, comme nous l'avons vu récemment, mais aussi le groupe Volkswagen, qui voudrait – à nouveau – transformer SEAT en Alfa Romeo hispanique.

Herbert Diess, le nouveau patron du groupe Volkswagen, estime en effet que SEAT peut devenir l'équivalent d'Alfa Romeo chez les jeunes conducteurs, qui ne connaissent pas forcément la glorieuse histoire de la marque italienne. Il explique : "Pour les gens de notre âge, il s’agit d’une marque fantastique, mais j'ai toujours connu Alfa sur le déclin". Puis il ajoute, avec un sens de la mesure très germanique : "Demandez à des jeune de 25-35 ans ce qu'ils pensent d’Alfa, ils seront désemparés, ils ne connaissent pas Alfa Romeo".

Lire aussi :

Par le passé, le groupe VW a déjà tenté d'insuffler à SEAT un esprit "Alfa", notamment en débauchant le designer Walter de Silva, l'auteur des lignes de la 156. Sans succès : SEAT n'a jamais pu se dépêtrer de son image de constructeur favori des coqs de village. 

Pour Herbert Diess, repositionner SEAT vers une image plus "romantique" et sportive permettrait de limiter le phénomène cannibalisation entre les différentes marques grands publics du groupe. De leur côté, Volkswagen et Škoda ne sont pas amenés à changer leur positionnement – généraliste teinté de premium pour le premier, généraliste plus abordable pour le second. Le récent lancement de la sous-marque Cupra est un symbole fort de cette stratégie.

Source : Automotive News