Ce concept fut présenté en 1987.

Depuis quelques années, les constructeurs automobiles se sont lancés dans une guerre farouche des SUV à tempérament sportif. Comme vous n'êtes pas sans le savoir, le segment de marché des SUV est très porteur et il n'est pas envisageable pour un constructeur de passer à côté. On pense à tort que les SUV sportifs sont assez récents dans le paysage automobile. En réalité, les constructeurs tentent de commercialiser depuis quelques décennies des véhicules surélevés destinés aux loisirs et au plaisir de conduite. À la fin des années 1980, Isuzu s'est essayé à cet exercice avec le concept COA-III.

Isuzu COA-III

Un SUV, oui, mais sportif !

Ce concept-car est un véritable SUV sportif contrairement à ce qui se faisait à cette époque. L'aspect pratique et l'espace à bord ont été sacrifiés à tel point que le COA-III n'offre que deux places. L'engin ne mesure pas plus de 3,80 m et pour pénétrer à son bord, il fallait comme sur une Lamborghini soulever la porte. Ce concept est surélevé pour permettre au conducteur de quitter le bitume et de s'aventurer sur des chemins plus cabossés. D'ailleurs, dans la partie basse du bouclier avant, l'Isuzu COA-III a une sorte de grille comme sur les véhicules de rallye pour protéger son soubassement. En revanche, toute la partie supérieure de la voiture reprend un certain nombre d'éléments inspiré des véhicules de sport de cette époque. Le capot avant a deux sorties d'air et la partie arrière au profil d'un véhicule coupé.

Isuzu COA-III
Isuzu COA-III

Avec un moteur de 300 ch à l'arrière

L'Isuzu COA-III a un moteur quatre-cylindres 1,6 litre de 300 ch. Ce bloc est situé à l'arrière de la voiture pour assurer un bel équilibre. Avec 300 ch sous le capot arrière, le COA-III n'a pas à rougir face aux SUV sportifs d'aujourd'hui. Le Cupra Ateca a par exemple le même niveau de puissance, également pour l'Audi SQ2 qui a été dévoilé dans le cadre du Mondial de l'automobile à Paris. Mais voilà, ce concept n'a jamais vu le jour et n'est donc resté qu'au stade d'étude de style. Grâce à une gestion électronique de la boîte de vitesses, les passages de rapports pouvaient se faire plus ou moins vite, en fonction du style de conduite adopté par le conducteur. Voilà qui était novateur à cette époque et qui existe aujourd'hui dans nos autos via les modes de conduite.

 

Galerie: Isuzu COA-III