Prime à la conversion, taxes, contrôle technique, permis de conduire...

La passage à une nouvelle année est souvent le moment de mettre en application de nouvelles lois. Prime à la casse, malus écologique, taxes sur le carburants ou encore contrôle technique, l'année 2019 va voir débarquer un certain nombre de changements pour les automobilistes. Pour certains, dès début janvier ! Voici donc un tour d'horizon de ce qui nous attend dans les semaines, les mois à venir. Et bonne année quand même !

Prime à la conversion : jusqu'à 5000 €

La prime à la conversion va voir son barème être revu à la hausse, notamment pour les foyers les plus modestes. Une manière d'inciter à changer de voiture, et à faire en sorte que l'ensemble du parc automobile français tende à se renouveler pour limiter le nombre de véhicules les plus polluants. 

  • Pour les 20 % de foyers les plus modestes et les foyers non-imposables qui roulent plus de 60 kilomètres, par jour, la prime à la conversion devient une "super prime" à la conversion : le montant de 2000 euros jusqu'à maintenant passe à 4000 euros pour la mise à la casse d'un véhicule thermique en l'échange de l'achat d'une voiture plus récente, d'occasion ou neuve.
  • Le plafond peut même passer à 5000 € pour l'achat d'un véhicule hybride rechargeable ou électrique, neuf ou d'occasion.
  • Enfin pour les ménages imposables, les mesures de 2018 de la prime à la conversion sont reconduites, à savoir une prime de 1000 € pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion ou d'un véhicule thermique neuf parmi les moins polluants, voire 2500 € pour un véhicule électrique neuf.

Le malus se durcit... mais se révèle moins sévère

Pour 2019, le barème du malus se durcit et pénalisera désormais les voitures rejetant à partir de 117 g/km de CO2, contre 120 auparavant (actuellement). Comptez 50 € de malus pour les voitures rejetant 117 g/km de CO2. En revanche, en raison des normes WLTP et NEDC (passage de NEDC à WLTP) qui se croisent, le malus sera finalement moins sévère, et donc moins cher, que jusqu'à maintenant. En effet, c'est toujours le NEDC corrélé qui sera appliqué. 

Indemnités kilométriques

Face à la grogne de ceux qui sont obligés de prendre leur voiture pour aller travailler, le barème des frais kilométriques pour les véhicules de petite cylindrée est modifié. L'indemnité est majorée à 10 % pour les modèles de 3 CV, et 5 % pour les voitures de 4 CV. De quoi réduire, pour les gros rouleurs, le montant des impôts.

Permis de conduire probatoire raccourci... contre formation

Il sera désormais possible de raccourcir la période de permis probatoire pour les nouveaux possesseurs du permis de conduire en passant une formation supplémentaire. Pour ceux qui obtiennent leur permis de conduire à partir de ce 1er janvier 2019, au bout de six mois il leur est possible de s'inscrire à un stage de 7 heures, permettant de raccourcir à 2 ans, au lieu de trois, l'obtention de leur permis définitif, avec les 12 points. En revanche, cette formation est payante.

Taxes sur les carburants : SUPENDUES !

Ce qui était l'une des premières revendications des Gilets Jaunes, la hausse des taxes sur le carburant, a finalement été jusqu'au bout. Quand le litre de diesel devait augmenter de 6,5 centimes et le litre d'essence de 2,9 centimes, finalement le gouvernement a décidé de tout arrêter. Et le gel de ces taxes a été voté jusqu'en 2022

Durcissement du contrôle technique : SUSPENDU !

Dès le 1er janvier 2019, le contrôle technique devait être durci, faisant suite à de nouvelles mesures plus draconiennes déjà entrées en vigueur en mai 2018. Finalement, autre effet "gilets jaunes", Emmanuel Macron a décidé de reporter ce nouveau durcissement. Un report, pas une annulation. Jusqu'au 1er juillet 2019. Les professionnels de l'automobile de leur côté étaient plutôt mécontents de ce report car beaucoup d'entre eux s'étaient déjà équipés et avaient investi pour s'adapter à cette refonte progressive du contrôle technique.