Il n'est pas impossible que la marque anglaise lance une sorte de super Bentayga.

Les concepts EXP 10 Speed 6 et EXP 12 Speed 6e roadster avaient fait naître l'espoir d'un modèle à dimension sportive chez Bentley. Le constructeur y a bien songé, mais il a finalement privilégié d'autres pistes qui, selon lui, correspondent mieux à son identité.

Dans un entretien accordé à des journalistes anglais, Werner Tietz, ingénieur en chef chez Bentley, s'est montré très clair : plutôt que de lancer une vraie sportive, Bentley va mettre l'accent sur des choses qui lui sont plus familières, c'est-à-dire des véhicules d'abord et avant tout luxueux. "Les pures sportives ne sont pas des pistes qui nous intéressent actuellement", a-t-il affirmé sans détour. Dans ces conditions, inutile d'espérer une nouvelle Bentley reprenant l'ADN des deux concepts cités en préambule.

Pour élargir sa clientèle, Bentley compte étoffer son offre de GT et songe également à lancer un nouveau SUV au-dessus du Bentayga, qui serait essentiellement conçu pour l'Amérique du Nord et la Chine. En revanche, le baby Bentayga qu'annonçait la rumeur semble avoir du plomb dans l'aile, puisque si l'on en croit les propos de Werner Tietz, le constructeur ne veut pas proposer de véhicule plus petit. Dans un avenir plus lointain, il ne s'interdit pas de revoir sa position, notamment pour un véhicule électrique à vocation urbaine, mais il n'y a pour l'heure rien de concret.

Concernant l'électrification justement, le grand sujet qui agite à peu près tous les constructeurs en ce moment, Werner Tietz a rappelé que toutes les Bentley seraient disponibles en hybride rechargeable d'ici 2025. En revanche, le constructeur se montre plus frileux sur le tout électrique. Selon lui, la technologie n'est pas encore suffisamment performante pour répondre à ses exigences et surtout à celles de sa clientèle. Elle le deviendra peut-être avec l'avènement des batteries dites solides. Werner Tietz a enfin indiqué que Bentley gardait un œil sur le développement de la motorisation à hydrogène et sur celui des carburants de synthèse.

Source : Autocar

'