Cette fusion aurait pu donner naissance à un géant européen.

Au mois de juin, Renault et FCA étaient en pleine négociation pour une éventuelle fusion. Finalement, cette fusion n'a pas eu lieu. FCA a fait une offre, que Renault n'a pas été en mesure d'accepter rapidement. Le groupe italo-américain a alors retiré son offre, estimant que "les conditions politiques en France n'existent pas actuellement pour permettre d'y parvenir de manière réussie."

L'actuel président et directeur général de Renault, Jean-Dominique Senard, a été auditionné au Sénat. Lors de cette audition, Jean-Dominique Senard a regretté que la fusion entre Renault et FCA n'ait pas abouti. Il estime qu'elle aurait permis de créer un champion européen assez fort pour affronter les concurrents chinois et faire face aux nouveaux défis technologiques.

"Les voitures chinoises sont au point […]. Elles sont de qualité toute première. Il y a deux ans on en riait encore. Maintenant, on n'en rit plus, a déclaré le président de Renault. De grâce, essayons de nous projeter et de comprendre que si nous n'anticipons pas, à travers certains regroupements de nos unités, notamment européennes, nous n'aurons que nos yeux pour pleurer dans quelques années", a déclaré Jean-Dominique Senard.

La fusion de Renault avec FCA n'est plus à l'ordre du jour. L'Etat français, actionnaire de Renault à hauteur de 15 %, n'était pas contre, à condition que les intérêts français soient protégés. Aucune usine ne devait fermer, Nissan ne devait pas être écarté du deal et le gouvernement voulait occuper un siège au conseil d'administration.

Renault voulait négocier avec FCA à propos des conditions financières. Pour formuler son offre, FCA s'est basé sur le cours de Renault le plus bas depuis cinq ans. De plus, la valorisation des deux entreprises n'était pas sur le même piédestal. Pour que cette fusion soit paritaire, FCA devait verser 2,5 milliards d'euros de dividendes à ses actionnaires. Or, FCA n'a pas souhaité négocier. Son offre était à prendre ou à laisser...

'
Source: Les Echos