Porsche souhaite étendre son portefeuille d'entreprises et s'investir davantage dans la mobilité, au sens large du terme.

L'automobile amorce une transition sans précédent, entre enjeux écologiques majeurs et mobilité du futur en filigrane. Deux secteurs sur lesquels Porsche travaille activement, mais la marque voit aussi plus loin, au-delà même de la vente pure et simple de voitures. C'est du moins ce que rapporte le directeur des finances de chez Porsche, Lutz Meschke, à nos confrères de chez Autocar. Selon lui, Porsche doit investir au sein d'entreprises cherchant à résoudre les soucis environnementaux majeurs, certes, mais aussi tout ce qui gravite autour, comme le trafic urbain par exemple, toujours plus dense au sein des grandes villes.

"Les villes veulent réduire le trafic. Nous devons donc chercher des solutions adaptées à notre marque. La mobilité partagée ne suffira pas, elle ne nous apportera pas la majeure partie de nos profits", a déclaré Lutz Meschke. "Si vous voulez avoir une part du gâteau, vous devez penser à investir au sein d'autres marques ou dans des entreprises qui proposent des solutions concernant la gestion du trafic. Il ne suffit pas de parler de voitures à proprement parler pour s’adapter à la mobilité du future. Nous devons penser à nos investissements, aux start-ups, afin de générer de la rentabilité au sein d'autres secteurs. Aujourd'hui, nos clients sont prêts à acheter deux, trois, quatre Porsche, mais à l'avenir, ils en achèteront peut-être une ou deux et, pour la mobilité en ville, ils utiliseront d'autres services. Nous devons réfléchir à des modèles commerciaux qui peuvent compenser ces pertes potentielles."

Comment cela pourrait se traduire ? Porsche possède déjà quelques bases dans ce domaine, notamment avec son service d'abonnement qui a été mis en place au sein de quelques villes américaines et qui permet d'avoir accès à une partie de la gamme Porsche lorsque vous avez besoin d'une voiture. Ce système de "voiture à la demande" sera lancé prochainement en Asie, mais aussi en Europe au cours des deux prochaines années. Néanmoins, toujours selon Lutz Meschke, cela ne permettra pas forcément la réduction du trafic en milieu urbain.

"Si 60 % des habitants vivent dans les grandes villes, les ventes de voitures au sein de ces villes seront considérablement réduites. Avec notre marque qui plus est, nous sommes limités. Nous ne gagnerons pas assez d’argent pour maintenir le niveau de rentabilité à 15 % (l'objectif de marge chez Porsche) et c’est le problème. Nous devons réfléchir à de nouveaux modèles commerciaux, non seulement avec notre propre marque mais aussi avec divers investissements au sein d'autres entreprises."

Galerie: Porsche 911 Carrera (992) 2019