... victime de ses émissions de CO2. Mais il reviendra !

Si vous comptiez vous rendre un de ces jours sur le site de Suzuki pour configurer et commander votre Jimny, vous risquez d'être déçu : il a tout simplement disparu du catalogue. Étonnant pour un véhicule qui n'a même pas deux ans, et dont les ventes sont plutôt bonnes, non ? Et pourtant, rien d'étonnant à cette disparition subite : le Suzuki Jimny est tout simplement victime de la nouvelle réglementation sur les émissions de CO2, et sur le malus qui en découle. La France n'est d'ailleurs pas la seule impactée ! 

La raison officielle...

Officiellement, voici ce que dit Suzuki sur le retrait du Jimny : "Lors de son lancement fin 2018, Suzuki a annoncé que le niveau élevé d’émissions de CO2 de ce modèle affecterait la moyenne des émissions de CO2 de sa gamme complète en Europe après 2020. Cet objectif avait été défini pour l’ensemble de ses véhicules conformément à la législation CAFE de l’UE." Il faut comprendre ici que Suzuki Jimny s'en va du catalogue pour homogénéiser la moyenne de CO2 sur l'ensemble de la gamme de la marque. 

...et la raison officieuse !

Évidemment que l'argument de la moyenne des émissions de CO2 est très important. Mais il est fort à parier que de leur côté les acheteurs ne se seraient pas rués sur un véhicule dont le malus fait presque doubler le prix ! En effet, avec des émissions de CO2 lui donnant droit de fait à un malus dépassant les 10'000 €, le pauvre Jimny n'était pas l'affaire du siècle. 

Un retour annoncé pour 2021

Après la mauvaise nouvelle, voici la bonne: le craquant Suzuki Jimny sera quand même bel et bien de retour. Mais il faudra patienter jusqu'à l'année prochaine, en 2021, pour que les commandes soient réouvertes. Et pour l'occasion, le petit tout-terrain devrait revenir avec quelques nouveautés pour se conformer aux règles strictes en matière d'émissions polluantes. Un taux d'émissions de CO2 en baisse, voilà ce que l'on peut attendre de manière logique. Une version hybride ? Rien n'est moins sûr. Il semblerait que surtout que le modèle puisse contourner les contraintes de CO2 en s'homologuant comme un véhicule utilitaire... Seul l'avenir nous le dira !