Le moteur 2.3 litres EcoBoost pourrait être remplacé par le 2.5 litres à cycle Atkinson.

En décembre dernier, nous étions optimistes quant à la Ford Focus RS de nouvelle génération qui, selon les rumeurs, devait recevoir un groupe motopropulseur électrifié de plus de 400 chevaux. Il s'avère que Ford soit revenu en arrière en raison des normes antipollution toujours plus strictes qui l'obligent à repenser sa stratégie.

Le plan initial de la marque était d'utiliser son moteur quatre cylindres turbo de 2,3 litres pour alimenter les roues avant et un 'petit' moteur électrique pour s'occuper de l'essieu arrière. Cependant, selon les britanniques d'Autocar, une hybridation douce ne suffira pas pour que le modèle soit conforme à la nouvelle réglementation européenne.

"Nous attendons que notre équipe d'ingénieurs trouve une solution pour le groupe motopropulseur, ce qui n'est pas facile étant donné la nouvelle réglementation sur les émissions de CO2 du parc automobile", a commenté un cadre supérieur de Ford. La solution pourrait provenir de l'hybridation totale, car une hybridation douce n'est pas suffisante.

Plus important encore, les chances de voir la nouvelle Focus RS cette année sont extrêmement minces compte tenu du changement de plans. Au lieu de cela, la stratégie de Ford, du moins selon Autocar, prévoit un lancement en 2022 ou même en 2023.

Le plan prévoit également que le constructeur passe de l'EcoBoost 2,3 litres de la Focus RS précédente à une version modifiée du nouveau moteur 2,5 litres à cycle atkinson, couplé à une CVT et à un système de transmission intégrale. C'est le bloc entièrement hybride qui est utilisé dans le nouveau Kuga sur le marché européen. On pense qu'il pourrait être modifié pour fournir environ 300 ch (224 kW), avec 100 ch (74 kW) supplémentaires provenant de l'essieu arrière électrique.

Source: Autocar

Galerie: Ford Focus RS x Dream Giveaway