Suppression des dividendes et baisse des rémunérations.

Après avoir connu en 2019 sa pire année depuis la crise de 2009, Renault avait vu sa note abaissée par l'agence de notation Moody's, qui l'avait placée dans la catégorie des "émetteurs spéculatifs". Dans ce contexte, le Conseil d'administration avait déjà décidé de réduire drastiquement les émoluments versés aux actionnaires, passant la somme initiale de 3,55 euros par action en 2018 à seulement 1,10 euro pour chaque part détenue.

Mais le Conseil d'administration s'est de nouveau réuni ce jeudi et a décidé, sous la présidence de Jean-Dominique Senard, "de ne plus proposer la distribution de dividende" lors de l'Assemblée générale des porteurs de titres participatifs, fixée au 12 juin 2020, ainsi que pour les actionnaires dont l'Assemblée générale est prévue une semaine plus tard, le 19 juin. Une décision qui fait suite à l'abaissement de la note du constructeur par une autre agence de notation, Standard and Poor's, qui a également passé le Losange dans la catégorie des investissements spéculatifs.

"La perspective négative reflète le haut degré d'incertitude concernant l'impact économique de la pandémie, ses implications pour les ventes mondiales d'automobiles et dans quelle mesure cela pourrait affecter la performance de Renault, sa capacité à gérer le déclin de ses revenus, la situation de sa trésorerie et sa capacité à atteindre les objectifs en matière d'émissions de CO2", a expliqué l'agence, qui rappelle que cela s'ajoute aux difficultés de la marque face aux "efforts imposés par l'Union européenne pour réduire les émissions de CO2."

Un effort global a également été effectué par les dirigeants du groupe, puisque Jean-Dominique Senard, son président, va revoir sa rémunération à la baisse, amputant ses revenus de 25 % lors du deuxième trimestre de l'année 2020. C'est également le cas de la directrice générale par intérim, Clotilde Delbos, qui consent à une réduction similaire. Enfin, les administrateurs ont décidé à l'unanimité de diminuer de 25 % le montant de leurs jetons de présence pour l'année 2020. L'intégralité des sommes économisées sera reversée au fonds de solidarité mis en place dans le cadre du Contrat de solidarité et d'avenir conclu au début du mois d'avril.