À l'arrêt depuis le 16 mars dernier, les usines de Renault vont redémarrer progressivement.

En raison de la crise sanitaire, les usines de Renault ont dû fermer leurs portes après l'annonce du confinement en France par le gouvernement. De ce fait, depuis le 16 mars 2020, les usines de Renault affichent portes fermées.

Plus d'un mois plus tard, il est maintenant temps pour la firme au Losange de se préparer à la reprise de ses activités, une reprise qui sera visiblement extrêmement progressive d'après le directeur des ressources humaines, Tristan Lormeau, lors d'une conférence téléphonique : "La reprise va se faire de manière extrêmement progressive, avec des effectifs limités, qui vont augmenter progressivement afin de pouvoir vérifier la bonne application du protocole sanitaire".

Durant cette semaine, trois usines du groupe sont de nouveau en activité partielle, à savoir celles de Cléon, en Seine-Maritime, qui fabrique des moteurs, Le Mans, dans la Sarthe, qui produit des châssis, et Choisy-le-Roi, dans le Val-de-Marne, qui produit des pièces détachées de réemploi. La semaine prochaine, d'autres usines vont rouvrir comme celle de Flins, dans les Yvelines, qui assemble, entre autres, la Renault Zoé. Tous les autres sites du groupe suivront jusqu'à début mai indique la marque, qui précise par la même occasion que ces ouvertures n'ont pas pour but de faire du volume mais de reprendre simplement avec les moyens du bord et des effectifs qui resteront, pour le moment, limités.

Concernant le protocole sanitaire mis en place, Renault précise avoir travaillé avec la médecine du travail et les organisations syndicales pour mettre en place certains processus. Ainsi, les mesures de sécurité sanitaire incluent la prise de température des salariés à l'entrée de l'usine, le nettoyage et la désinfection des postes de travail, la réorganisation des salles collectives et le port d'équipements de protection. Les usines devraient redémarrer avec 25 % des salariés sur place et par demi-équipes ou quart d'équipes. Les salariés auront aussi le droit à une formation sur les postes pour respecter les gestes barrières.